Le courrier des entreprises

Élections municipales et infrastructures : les communes ont les moyens d’investir !

D’après une étude réalisée par la CERC Auvergne-Rhône-Alpes et présentée par Pierre Berger, Président de la Fédération Régionale des Travaux Publics Auvergne-Rhône-Alpes, les collectivités locales ont considérablement amélioré la maîtrise de leurs budgets de fonctionnement ces dernières années, dégageant ainsi de nouvelles capacités d’investissement.

Forte hausse de l’épargne brute des collectivités, amélioration de la capacité de désendettement, reprise des investissements (+11,4% par rapport à 2017 !)

Pour les accompagner dans leurs projets de travaux d’infrastructures, la FRTP Auvergne-Rhône-Alpes vient d’adresser à tous les services techniques des mairies de la région un Guide qui regroupe toutes les aides au financement des projets des collectivités locales. La profession continue également de promouvoir auprès des jeunes le secteur des travaux publics, avec la distribution des jeux de sociétés Défi Réseaux et Duo TP destinés aux écoliers et collégiens de la région.

Deux mois avant les élections municipales des 15 et 22 mars 2020, Pierre Berger a présenté le 28 janvier dernier les deux axes majeurs sur lesquels les professionnels des travaux publics concentreront leurs actions cette année : l’accompagnement des communes en amont de leurs projets d’investissement et la promotion du secteur des travaux publics auprès des jeunes, pour susciter de nouvelles vocations.

S’appuyant sur une étude de la CERC Auvergne- Rhône-Alpes, intégrant les données publiées par la Cour des comptes, Pierre Berger s’est réjoui de voir que la trésorerie des collectivités s’améliorait ces dernières années pour atteindre 59,2 milliards d’euros en 2018, selon les dernières données nationales disponibles.

L’enjeu est de taille pour les entreprises de travaux publics, puisque 44% des commandes de travaux publics en France sont le fait des collectivités locales, et même 49% en Région Auvergne-Rhône-Alpes.

La situation financière de chaque département et les dépenses de travaux publics y sont passées au crible, l’occasion pour la profession d’engager un dialogue constructif avec les candidats aux élections municipales.

Dans l’utilisation prioritaire des impôts locaux*, les Auverhônalpins placent l’aménagement du territoire et le développement des infrastructures, les transports et l’entretien/propreté du territoire respectivement en 2e, 3e et 4e positions, juste après la sécurité des biens et des personnes.

Ecoles, collèges, lycées, aide sociale et culture se classent ensuite… 47% des sondés considèrent même que le développement économique et le respect de l’environnement doivent peser de façon équivalente dans les orientations des politiques d’aménagement du territoire.

« L’investissement des collectivités est primordial, assure Pierre Berger. Ils permettent d’accroître l’attractivité et la cohésion des territoires, de prendre part aux enjeux liés à la croissance verte, d’assurer une qualité de vie et encore de participer à la dynamique locale de l’emploi…! ».

Une bonne santé des finances des communes en Auvergne-Rhône-Alpes attribuée à :

  • La maîtrise des coûts de fonctionnement, d’où une épargne brute qui augmente et qui permet d’envisager de nouveaux investissements. L’épargne brute atteint 19,6% en Auvergne-Rhône-Alpes en 2018 contre 18,1% en 2017, soit une croissance de 1,6%, alors que le seuil d’alerte est fixé à 10%. Cette épargne brute peut être utilisée pour le remboursement de la dette ou pour de nouveaux investissements ;
  • Des dépenses de personnels qui restent stables, à 51% en 2018. Elles progressent moins vite que les dépenses d’achat ;
  • Une nette amélioration de la capacité de désendettement : 4,5 ans en 2018 (contre 5 en 2017) seraient nécessaires pour rembourser l’intégralité de l’encours de dette du bloc communal en supposant qu’il y consacre toutes ses ressources disponibles. Or, 92% des communes et EPCI sont en-deçà du seuil d’alerte, fixé à 12 ans.

 

Un guide des aides qui recense l’ensemble des financements adressé aux services techniques, aux services généraux et aux élus

Elaboré par la Fédération régionale des Travaux Publics Auvergne-Rhône-Alpes (1ère édition en Rhône-Alpes, 3e en Auvergne), ce guide recense toutes les aides auxquelles peuvent prétendre les communes auprès des « financeurs » tels que l’État, le Conseil régional, le Conseil départemental, les Agences de l’eau, etc.

À noter que ces aides sont classées par département, selon qu’elles concernent des travaux d’aménagements de bourg, des aménagements divers, des travaux d’assainissement, pour l’eau potable, le financement d’études ou encore des travaux de voirie.

« En tant que Fédération Régionale des Travaux Publics, nous souhaitons par ce biais être un réel partenaire des élus, puisque nos objectifs se rejoignent : entretenir nos infrastructures, aménager notre territoire, le rendre attractif et agréable à vivre », a déclaré Pierre Berger, Président de la Fédération Régionale des Travaux Publics Auvergne-Rhône-Alpes.

12 fiches départementales pour dialoguer avec les candidats

Ces fiches synthétisent, pour chaque département de la région, en quelques données chiffrées l’état des lieux du réseau routier, des ouvrages d’art, des infrastructures d’assainissement et de distribution de l’eau potable. Elles font aussi le point sur l’état de l’éclairage public, l’âge des stations d’épuration, comme sur l’accès au haut-débit ou sur les besoins en point de recharges de véhicules électriques…

En savoir plus :

 

 

Frederic Coureau

Rédacteur chef du Courrier des Entreprises
Speaker - Modérateur
Influenceur
Consultant stratégie éditoriale, digitale et d'influence / Inbound marketing
Agence MINTAKA : https://www.fredericcoureau.com/

contre le coronavirus

Commerçants non sédentaires, itinérants, producteurs locaux

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives