Le courrier des entreprises

Les Délices de Lavoûte (43) : Un havre de paix et de gourmandise au bord de la Loire

C’est dans un ancien moulin bâti sur les rives de la Loire que Florence et Frédérique, originaires de Grenoble et d’Aix-en-Provence, ont créé « Les Délices De Lavoûte ». Dans un lieu unique, elles proposent des chambres d’hôtes de caractère, un restaurant et un salon de thés où l’on peut déguster les plats confectionnés avec les produits de la région, mais aussi les pâtisseries maison. Rencontre avec Florence Bonthoux.

Quel a été votre parcours ?

Florence Bonthoux : J’ai eu l’occasion d’exercer plusieurs métiers avant de m’installer ici et après mes études à Grenoble. J’ai notamment travaillé à Aix-en-Provence, dans un commerce spécialisé dans la photo. À la quarantaine, je me suis demandée ce qui pouvait me faire vibrer au niveau professionnel et ma rencontre avec un restaurateur a été déterminante. J’avais été séduite par les tuiles qu’il m’avait servies en dessert et il m’a proposé de me donner la recette.

J’ai eu un déclic en la faisant à mon domicile et j’ai voulu me lancer dans la pâtisserie. J’ai cherché une école et je me suis retrouvée en 2011 à l’Ecole Nationale Supérieure de la Pâtisserie à Yssingeaux. J’ai fait une formation de huit mois et j’ai décroché mon CAP. Mon projet initial était de travailler dans de grands restaurants à l’étranger et de faire des desserts à l’assiette.

En fait, je suis restée en France et je me suis retrouvée à l’été 2012 à Saint-Julien-Chapteuil au restaurant Vidal, car il cherchait un pâtissier en remplacement à l’époque. Ensuite, j’ai eu l’occasion de travailler chez Gilles Roux, à l’Hôtel-Restaurant La Tour à Dunières.

Pourquoi vous-êtes-vous lancée dans cette aventure à Lavoûte sur Loire ?

Florence Bonthoux : Mon idée de créer des chambres d’hôtes a germé lorsque je travaillais à Dunières et notamment dans l’esprit de ma compagne Frédérique qui avait ce projet en tête depuis très longtemps. L’occasion s’est trouvée ici à Lavoûte sur Loire, où nous avons acheté ce moulin en septembre 2013. Nous avons eu un réel coup de cœur !  Il s’est trouvé que c’était vraiment la maison que nous recherchions. J’ai arrêté mon travail à ce moment-là, pour me consacrer aux travaux. Nous sommes aujourd’hui 5 personnes à travailler ici.

Quelles sont les particularités de vos chambres d’hôtes ?

Florence Bonthoux : Elles sont dans un vieux moulin au bord de la Loire. Nous avons un jardin arboré qui permet de se reposer au bord de l’eau. C’est unique d’être si proche de l’eau à cet endroit de ce fleuve sauvage. Elles correspondent à ce qui nous plait, elles sont toutes différentes. Ce qui était important pour nous, c’est que les gens puissent s’y sentir à l’aise, avec un maximum de confort. Le pari est réussi car les gens nous disent qu’ils s’y sentent comme à la maison.

On y trouve dans chacune d’elles un sèche-cheveux, un plateau avec du thé, du café et des biscuits faits maison. On s’occupe également d’entretenir le feu de cheminée dans le salon, afin que nos clients y trouvent une ambiance chaleureuse. Chacune de nos 4 chambres possède une entité un peu particulière : il y en a une qui est plutôt fraîche au niveau de la déco, avec des couleurs claires et assez épurée, c’est celle qui donne directement sur la Loire.

Elle est équipée d’une grande baignoire et elle dispose d’un balcon. Une autre est beaucoup plus chaleureuse, avec beaucoup plus de couleurs. On en a une autre qui propose une ambiance plus masculine, à travers les couleurs et les tissus. Chacune a son ambiance. La particularité, c’est qu’elles ont chacune un nom de gâteau : il y a La tropézienne, La Paris-Brest, la Saint-Honoré, et L’Opéra. C’est un rappel à la pâtisserie !

Le fait de vous trouver sur le chemin du Saint-Jacques est un atout ?

Florence Bonthoux : Les randonneurs du chemin de Saint-Jacques ne sont pas notre public cible, mais pour certains d’entre eux, on leur propose des prestations adéquates lorsqu’ils souhaitent faire une halte gourmande et dormir dans un bon lit !

Quelles sont celles de votre restaurant ?

Florence Bonthoux : On souhaite mettre en avant tout ce qui fait la richesse du département au niveau des produits que l’on trouve ici, que ce soit la viande ou les fromages et qui sont des produits de très bonne qualité que l’on veut partager avec nos hôtes. On cuisine les plats avec une touche provençale, car Frédérique est native d’Aix-en-Provence, par exemple du filet de canard avec une sauce au thym et un filet de miel. On propose un mélange des saveurs provençales et altiligériennes. 

On peut également déguster les pâtisseries maison ?

Florence Bonthoux : On propose en effet des pâtisseries à déguster sur place au restaurant ou au salon de thés, ou bien que l’on peut emporter chez soi. Elles sont présentées dans une vitrine à l’entrée du restaurant. Ce sont des pâtisseries plutôt classiques : des macarons, des Paris-Brest, des Charlottes, des Forêts Noires, des tartes au citron meringuées, des éclairs, des Religieuses, mais aussi de la viennoiserie et des brioches. On va reprendre les ateliers pâtisseries l’année prochaine, le temps que l’on réorganise le fonctionnement de la cuisine. Les personnes intéressées peuvent s’inscrire pour apprendre à réaliser des pâtisseries, des entremets, des macarons, ou des éclairs.

En savoir plus :

Cet article est le fruit d’un partenariat entre le Courrier des Entreprises et Velay Attractivité

Voir toutes les publications de Velay Attractivité : http://www.velay-attractivite.fr/
Pour contacter Velay Attractivité  : contact@velay-attractivite.fr
04 71 09 38 41
Facebook : https://www.facebook.com/velayattractivite/

Frederic Coureau

Journaliste et influenceur économique
Speaker - Modérateur
Conseil en stratégie éditoriale et de contenus - Inbound marketing
https://www.fredericcoureau.com/

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives