Le courrier des entreprises

Haute-Loire : La pause gourmande au pied du château de Saint-Vidal…

Au pied de la forteresse de Saint-Vidal, Cyril et Christelle Tardy, propriétaires de l’auberge Des Lys du château proposent une cuisine fine et raffinée, dans un établissement plein de charme dotée d’une terrasse très ensoleillée. Tous ceux qui s’y arrêtent sont séduits par les plats gourmands qui y sont proposés au menu ou à la carte, et l’esprit convivial qui règne sur place. Certains y passent la nuit dans l’une des 6 chambres de l’établissement. Entretien avec Cyril Tardy.

Quel a été votre parcours professionnel ?

Je suis originaire de la Dordogne, et j’ai fait mes armes en cuisine là-bas. Ensuite, j’ai beaucoup voyagé, le temps de faire mon apprentissage personnel. Je suis arrivé à Saugues où j’ai travaillé au restaurant « La Terrasse » et j’ai rencontré mon épouse. On est descendu ensuite sur Langeac, avant de remonter à Saugues. Ensuite, nous nous sommes installés à Saint-Vidal où nous avons repris le restaurant en 2017.

Pourquoi avoir repris ce restaurant à Saint-Vidal ?

L’endroit est magique. Il y a le château, le village et on est à un quart d’heure du centre-ville du Puy-en-Velay. 

Quels produits travaillez-vous ?

Ici, je propose une cuisine de marché qui correspond tout à fait à ce que j’attendais. Je ne travaille pas de produits en particulier, mais j’essaye d’utiliser au maximum des produits locaux, avec des producteurs de la région. On travaille par exemple les volailles d’Antoine Coffy à Marminhac, sur la commune de Polignac. Je prends tous les légumes tous les samedis matin au marché du Puy-en-Velay. J’aime travailler tous les produits de saison.

Quelles sont les spécialités du restaurant ?

Le week-end on propose un foie gras poêlé, agrémenté d’une marinière de coquillages. On propose du veau et du poisson. Il n’y a pas vraiment de produits phares. Dans le menu du jour, on propose deux entrées au choix, avec une viande ou un poisson, et deux desserts au choix. Au menu aujourd’hui, il y a une tourte au poulet faite maison, une petite salade de haricots verts, avec du canard confit. On propose également des saucisses fraîches rôties au foin de cistre, avec des lentilles, mais aussi des maquereaux frais avec des carottes et haricots verts. En dessert, il y a un clafouti aux myrtilles ou une mousse au chocolat maison.

Quelle est votre clientèle ?

On a surtout une clientèle de représentants à midi, mais aussi des chefs d’entreprises et des ouvriers. On a aussi une clientèle de passage grâce aux animations proposées par le château de Saint-Vidal. Il y a des gens qui nous disent qu’ils ont adoré notre maison et qu’ils ont passé un agréable moment au niveau de l’accueil et de la cuisine. Dernièrement, un couple est venu manger avec leur enfant de 18 mois. Elle s’est régalée avec une purée de carottes et de la volaille. Elle a adoré également le dessert à la fraise-framboise avec une ganache de chocolat blanc avec des « Tagada ». Elle a donné de grands coups de langue sur l’assiette, et c’est le plus grand compliment que l’on peut avoir avec un enfant !

Il y a aussi quelques chambres ?

On a un petit hôtel de 6 chambres un peu cosy, que l’on améliore au fur à mesure. Les gens sont au calme et peuvent profiter d’un petit-déjeuner en terrasse. On est plus dans l’esprit chambre d’hôte qu’autre chose.

La Minute vellave…

Quels sont les produits vellaves que vous utilisez en cuisine ?

Les cèpes que nous fournissent les établissements Borde et Sabarot. Tout ce qui est lentilles vertes du Puy et céréales. Et puis bien sûr, tous les fromages de la région, comme celui aux artisous ou les fromages de chèvre. On prend les faisselles chez mon copain Joël qui est présent sur le marché du Puy.

Où aimez-vous le plus vous balader dans le Velay ?

N’étant pas de la région, j’ai toujours des endroits à découvrir. J’aime bien aller à Saugues, car j’ai l’impression d’y avoir un peu mes racines. C’est là où j’ai débarqué et où j’ai fait mes premières armes en cuisine. Ça reste un peu dans mon cœur ! Et puis, il y a le Puy-en-Velay, c’est formidable, avec le marché du samedi matin, que demander de mieux ?

Quel est votre monument préféré dans le Velay ?

Le rocher d’Aiguilhe. Je trouve qu’il y a quelque chose de magique dans le regard et dans l’approche. Ça m’a toujours interpellé. 

Quels sont, selon vous, les atouts du Velay ?

Le tourisme vert et la diversité au niveau culinaire. Et puis il y a bien sûr la qualité de vie, c’est indéniable. Ici, on arrive à modeler les gens tranquillement, à notre façon de travailler. Il y a le côté humain. On apprécie ceux qui viennent nous voir, on leur dit bonjour, on les appelle par leur prénom. On essaye d’être un vrai restaurant, avec un peu l’esprit « aubergiste ». On se sent en famille, j’amène des assiettes et je discute avec les clients. Ce sont des petits détails qu’ils apprécient.

En savoir plus :

Cet article est le fruit d’un partenariat entre le Courrier des Entreprises et Velay Attractivité

Voir toutes les publications de Velay Attractivité : http://www.velay-attractivite.fr/
Pour contacter Velay Attractivité  : contact@velay-attractivite.fr
04 71 09 38 41
Facebook : https://www.facebook.com/velayattractivite/

Frederic Coureau

Journaliste - speaker - Modérateur
Influenceur
Consultant stratégie éditoriale, digitale et d'influence / Inbound marketing
Agence MINTAKA : https://www.fredericcoureau.com/

Publicité

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives