Le courrier des entreprises

ANDRH : Intelligences Emotionnelle et artificielle craintes et opportunités

L’ANDRH Auvergne, en partenariat avec la CPME Puy de Dôme, a organisée son séminaire annuel une conférence sur un thème qui nous interroge : « DRH, chefs d’entreprise et managers, face à l’intelligence artificielle, quelle place pour l’intelligence émotionnelle ? », le Vendredi 28 juin 2019 à l’Institut d’Administration de l’Entreprise

La robotisation remède au chômage

Pour Pierre Grand-Dufay Chef d’entreprise qui vient de signer son premier roman spéculatif, l’intelligence artificielle va inéluctablement s’implanter dans notre économie et impacter nos mode de vie nous rendant plus performant et pus intelligents. Il attire notre attention sur la question du sens et du bonheur et nous fait prendre conscience, de façon paradoxale, de la nécessité d’un développement aussi important de l’intelligence émotionnelle pour contrer les lacunes résultant de la généralisation de l’intelligence artificielle. Reconnaissant que la France souffre d’un déficit de robotisation au sein de ses usines il croit aux capacités de la France d’aborder cette révolution numérique en raison de l’ essor de l’intelligence artificielle au niveau des services  aux personnes.
Il fait remarquer que compte tenu de l’effet positif de la robotisation sur l’évolution du taux de chômage il y a tout lieu de rester optimiste sur notre avenir. Cependant, mettant en garde contre les bienfaits davantage matérialistes que spirituel de cette transformation, il nous apporte l’antidote ; quelques réponses simples et solide fondées sur le retour aux valeurs essentielles amour, partage et responsabilité.

Enjeux sociétaux de la révolution numérique

Après avoir rappelé les origines de l’intelligence artificielle (IA) en 1956 en évoquant la machine Enigma d’Alan Turing, Nicolas Spatola , Chercheur au Laboratoire de Psychologie Sociale et Cognitive de l’Université Clermont Auvergne, auteur de « L’intelligence artificielle : de la révolution technologique à la révolution sociale », enrichi le débat. Il souligne, comme Pierre Grand-Dufay, qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’intelligence .

L’IA c’est de la capacité à traiter de l’information et à corréler des données de plus volumineuses livrées par la captation, le stockage et l’analyse de nos comportements observés de façon continu. Précisant que la France excelle à former des experts de l’IA il reconnait que les USA et la Chine sont plus performant que nous parce qu’il vaut mieux avoir beaucoup de données que de personnes formées. Il nous invite à progresser au niveau de la protection des données et attire notre attention sur le fait que plus on automatise, plus on restreint sa liberté.

RH, management & Intelligence artificielle

En matière de RH Nicolas Spatola précise que l’introduction d’algorithmes permet de rendre les recrutements plus efficaces car cela permet d’analyser plus de profils, de classer les résultats, d’horizontaliser les relations et de neutraliser en parti les biais cognitifs propres aux individus sans toutefois les éliminer. L’automatisation des fonctions RH au travers des SIRH permet de développer l’autonomie des collaborateurs en allégeant la complexité d’usage et à faire gagner du temps aux gestionnaires RH en les déchargeant des tâches répétitives et chronophages.

Le rôle clef du RH est donc est donc d’aider le collaborateur à renforcer sa fierté d’exercer son métier en lui donnant du sens. Il a également pour mission d’aider les managers à renforcer leur leadership afin qu’ils soient des accompagnateurs du changement et à augmenter leur discernement, ce qui nécessite d’inventer un nouveau registre de compétences.

L’intuition différenciante

Pour Pierre Beal président de Numtech la machine peut aujourd’hui détecter les signaux faibles des marques d’émotions chez l’être humain. Elle peut de ce fait adapter ses interactions en conséquence.
Ce qui différentie aujourd’hui l’homme de la machine c’est l’intuition. La machine en est dépourvue. Un des rôles principaux des managers est aujourd’hui de générer des émotions positives.

RH & & Intelligence artificielle

Christine Guy D.R.H  Limagrain Céréales Ingrédients,  précise que le développement de l’IA et ses applications de plus en plus nombreuses dans nos organisations ont un impact et auront un impact accru lié aux applications de plus en plus nombreuses dans nos organisations. Comme lors de grands changements, la fonction RH va être au premier plan comme point d’appui pour anticiper les évolutions à venir et pour accompagner les transformations.
Ces mutations vont impacter aussi bien les domaines de  la digitalisation et de la gestion des compétences que ce qui concerne le sens et le leadership.

Commercial & Intelligence artificielle

Selon Christine Bélime consultante et formatrice ex présidente des DCF de Clermont l’IA aide incontestablement  le commercial à devenir plus efficient. Elle évoque le concept de commercial augmenté tout en laissant la part belle à ce qui constitue l’ADN d’un commercial, l’intelligence émotionnelle. Pour illustrer son propos elle cite Michel Serre « On ne peut pas tout demander à Pépé, il faut faire confiance en l‘avenir ».

L’acteur augmenté

André Brunetiere, Directeur R&D et Product Management de CEGID, explique un paradoxe à savoir que l’intelligence artificielle en entreprise tend  à humaniser la relation entre l’homme et la machine. l’IA permet de mieux d’identifier les points de blocage et d’y apporter les améliorations nécessaires, ce qui confère au responsable RH une posture d’acteur augmenté

Si ainsi améliore la relation entre l’homme et la machine, la frontière entre prédiction et conditionnement des esprits n’est pas très claire Dans ce contexte de risque de conditionnement des esprits l’homme doit conserver son libre arbitre. C’est pourquoi, il est primordial pour les entreprises de réaliser des investissements clairvoyants et de diminuer ainsi les risques de conditionnement et de rejet.

En conclusion, au-delà des bienfaits qu’elle procure, l’intelligence artificielle présente le fâcheux inconvénient de contribuer à saper notre capacité à gérer les situations complexes, à douter et à faire preuve de discernement. C’est la l’Intelligence émotionnelle reprend toute sa place car nous savons que, privé d’émotions, l’homme déraisonne et pense de travers.

En définitive, sentir et ressentir dans l’instant présent, est ce qui nous maintien vivant, c’est aussi ce qui fait notre humanité.

En savoir plus :

  • Gilles Flichy, Tel : 06 08 93 72 99 Mail – gillesflichy@hotmail.com
  • Véronique ROUX Tel : 06  01 19 10 77 Mail – veronique.roux@clermont.unicancer.fr

Un article de  Gilles Flichy,

Frederic Coureau

Journaliste - speaker - Modérateur
Influenceur
Consultant stratégie éditoriale, digitale et d'influence / Inbound marketing
https://www.fredericcoureau.com/

abonnez vous à la newsletter

Publicité

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives