Le courrier des entreprises

SNCF : La ligne Clermont-Ferrand – Thiers sera renforcée

La ligne Clermont-Ferrand – Thiers constitue l’axe est de la croix ferroviaire de Clermont-Ferrand, avec une fonctionnalité péri-urbaine, et figure à ce titre dans le Plan de sauvetage des petites lignes lancé par la Région.

Elle voit circuler actuellement 8 allers-retours en train TER quotidiens, pour une fréquentation totale de l’ordre de 550 usagers par jour.

A noter qu’un renforcement de l’offre est en cours d’étude sur cet axe, pour une mise en place à partir du service annuel 2020, afin de viser une desserte proche de la demi-heure entre Vertaizon et Clermont-Ferrand, ainsi qu’une meilleure continuité sur la journée.

SNCF Réseau a identifié des besoins de régénération notamment situés sur l’extrémité de la ligne, entre Pont-de-Dore et Thiers.
Ces travaux, à réaliser en 2021, sont nécessaires pour supprimer les forts risques de ralentissement pesant sur cette zone, et garantir les circulations ferroviaires de l’ensemble de l’axe.

SNCF Réseau propose donc un programme d’études et travaux à mener de 2019 à 2021 qui porte sur :

  • Des remplacements de traverses au niveau des joints de rail (les défauts constatés ont un impact sur la géométrie de la voie et peuvent générer un risque de déraillement)
  • Du remplacement de rail et modernisation d’appareils de voie
  • Quelques travaux secondaires d’ouvrages d’art et signalisation Les travaux proprement dits seront réalisés en 2021.

Le besoin de financement est estimé à 3,82 millions d’euros. La Région s’engage à hauteur de 65%, soit 2,483 millions d’euros. L’Etat apportera 1,146 million d’euros et SNCF Réseau, 191 000 euros.

« La ligne Clermont-Ferrand – Thiers est essentielle pour le Puy-de-Dôme. C’est pourquoi nous avons choisi de nous impliquer avec détermination dans lestravaux de régénération de la voie. Notre rôle est essentiel pour maintenir des liaisons de ce type. A la Région, nous ne sommes pas dans la fatalité. Il y a un autre choix que celui du désert français. Nous en apportons encore une fois la preuve aujourd’hui. », déclare Martine GUIBERT, Vice-présidente de la Région Auvergne-Rhône-Alpes déléguée aux Transports.

Le Plan régional de sauvetage des petites lignes ferroviaires

En 2016, Laurent WAUQUIEZ hérite d’une bombe à retardement avec 830 km de lignes menacées. Notamment en Auvergne où 62% des lignes étaient menacées de fermeture.
L’exécutif régional a donc pris ce dossier à bras le corps et a lancé fin 2016 un Plan de sauvetage des petites lignes ferroviaires prévoyant un programme d’investissement de 264 millions d’euros jusqu’en 2020, dont 111 millions d’euros par la Région.
Depuis le début de ce plan, une trentaine d’opérations ont déjà été engagées pour un montant total de 175 millions d’euros, dont 97,4 millions d’euros par la Région.

En savoir plus :

Crédit Photo : Région Auvergne Rhone-Alpes.

Frederic Coureau

Journaliste - speaker - Modérateur
Influenceur
Consultant stratégie éditoriale, digitale et d'influence / Inbound marketing
https://www.fredericcoureau.com/

abonnez vous à la newsletter

Publicité

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives