L'économie positive
de nos territoires
et de vos entreprises

Le courrier des entreprises

Présidentielle 2022… la position des candidats sur le nucléaire

Enjeu de souveraineté nationale et d’autonomie énergétique à l’heure de la flambée des carburants fossiles, le nucléaire représente près des ¾ de l’électricité en France. Mais la position des soupirants au cœur de Marianne diverge dans les choix stratégiques mâtinés d’idéologie. Tour d’horizon à 360°

Pourquoi la question du nucléaire divise-t-elle autant ?

Vu comme une bombe à retardement par certains, comme une solution d’avenir non-polluante pour d’autres, le secteur du nucléaire divise la classe politique française. C’est pourquoi nous nous sommes intéressés aux différentes propositions des candidats aux élections présidentielles de 2022 en matière de nucléaire.

Le débat peut porter sur la défense ou non des milliers d’emplois que cette industrie génère. D’autres fois, certains politiques contestent le bilan carbone du nucléaire, par le transport et l’exploitation des métaux lourds et dénoncent le manque de sécurité des installations en invoquant les nombreuses catastrophes passées.

Au contraire, les candidats assurent les progrès techniques en matière de sécurité et soutiennent que le nucléaire est la seule énergie capable de se conformer aux exigences écologiques en termes d’émission de CO2.

D’un point de vue économique, la crise énergétique mondiale que nous traversons remet la question du nucléaire au centre du débat politique. Le coût de l’électricité s’envole et inquiète plus que jamais les ménages.

Pour les besoins de cet article, nous traiterons ici des candidats présumés, bien qu’ils et elles ne se soient pas encore officiellement présentés ou n’aient pas rassemblé les fameuses 500 signatures.

Qui défend le maintien du nucléaire et son développement ?

Valérie Pécresse LR, Emmanuel Macron LREM, Marine Le Pen RN, Éric Zemmour Reconquête et Fabien Roussel PCF.

Emmanuel Macron soutient le nucléaire

La position du président sortant Emmanuel Macron a un peu évolué au fil du temps. Si en 2017, il ne se prononçait pas clairement et semblait vouloir emprunter le chemin de la sortie du nucléaire et suivre un mouvement initié par Angela Merkel, dans le contexte de crise énergétique que l’on connaît aujourd’hui, le président ne cache plus son soutien entier à cette industrie.

Valérie Pécresse veut un nouveau réacteur

Rien de nouveau chez Valérie Pécresse puisque celle-ci reprend la position unanime des candidats à la primaire LR. Le parti de droite défend une fois de plus le maintien et le développement de l’énergie nucléaire sur le territoire français.

Cette conviction ne date pas d’hier puisqu’elle se réfère directement à l’ambition de De Gaulle, faire de la France le territoire européen du nucléaire. La candidate promet même la construction de 6 nouveaux EPR et la relance d’un nouveau réacteur dit de 4e génération. De son point de vue, le nucléaire serait la meilleure et la seule réponse valable pour lutter contre le réchauffement climatique.

Eric Zemmour promet de construire au moins 14 réacteurs d’ici 2050

Sa position est de garantir la souveraineté énergétique du pays. Il souhaite supprimer l’objectif de réduire à 50% la part du nucléaire, prolonger la durée de vie du parc existant, lancer la construction d’au moins 14 nouveaux réacteurs et relancer la recherche dans le nucléaire du futur (4ème génération et fusion).

Marine Le Pen souhaite relancer la filière nucléaire

Marine Le Pen souhaite au plus vite la construction de nombreux EPR répartis dans toute la France et voient le nucléaire comme la seule énergie d’avenir et comme un secteur économique et professionnel infaillible.

Un PCF à contre-courant

À gauche cette fois, Fabien Roussel, à la tête du Parti communiste, s’est prononcé favorable au maintien du nucléaire. S’il est loin de faire l’unanimité dans son propre camp, la ligne du PCF reste tout de même constante par rapport aux dernières élections.

Pour lui, il faut d’abord préserver l’emploi et le modèle économique. Le nucléaire répondrait même parfaitement, à ses yeux, à l’urgence climatique puisqu’ayant un faible bilan carbone.

Qui souhaite abandonner le nucléaire ?

Jean-Luc Mélenchon LFI, Yannick Jadot LV, Philippe Poutou NPA

Dans le camp des opposants fermes au maintien du nucléaire, on retrouve les deux candidats de gauche ayant le meilleur score dans les sondages en ce mois de janvier 2022, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon.

Une sortie rapide pour Jean-Luc Mélenchon

Pour le chef de la France Insoumise, il faut stopper net le chantier des nouveaux EPR et sortir au plus vite du nucléaire.

Jean-Luc Mélenchon considère que personne n’est à même de contenir l’énergie nucléaire lorsque celle-ci se déploie lors d’une catastrophe. De même l’enfouissement des déchets nucléaires ne serait pas une solution viable à long terme et risquerait d’endommager les sols puisqu’il n’existe encore aucun moyen de s’en débarrasser proprement ou mieux encore, de les recycler. Mais il ne propose pas de solution de remplacement pour produire notre énergie.

Pour Yannick Jadot, une sortie douce est inévitable

Le gagnant de la primaire des verts, lui, projette une sortie douce de cette énergie sur une période de 20 ans.

Yannick Jadot, s’il rejoint les constats de la FI, ajoute que l’énergie nucléaire aurait un coût de très loin supérieur aux énergies renouvelables. Pour lui, le budget alloué au nucléaire serait beaucoup trop important pour un retour sur investissement très pauvre.

Il en veut pour preuve les chantiers des EPR en cours qui sont interminables et de plus en plus coûteux alors que l’investissement dans le renouvelable peine à satisfaire les besoins et les capacités des installations. La situation actuelle donne plutôt raison à ce constat si l’on se fie aux prix actuels du kWh.

Le NPA, historiquement anti-nucléaire

Dans les plus radicalement opposés au maintien du nucléaire, on compte également Philippe Poutou, qui exige une sortie en dix ans maximum. Depuis plusieurs années, on retrouve régulièrement le NPA dans les différentes manifestations anti-nucléaires qui émergent à travers le pays.

Qui n’a pas de position claire sur le sujet ?

Nathalie Arthaud LO, Anne Hidalgo PS.

Pour Lutte Ouvrière, l’emploi d’abord

Nathalie Arthaud reste, elle, sur la ligne qu’est celle de Lutte Ouvrière depuis maintenant dix ans. La lutte anticapitaliste doit prévaloir sur le combat contre le nucléaire. Au regard des milliers d’emplois générés par l’industrie, les partisans de Lutte Ouvrière ne voient pas la sortie du nucléaire comme une urgence absolue, mais comme une étape secondaire d’un changement plus large.

Si la situation est, à leurs yeux, bel et bien urgente, il faudra d’abord passer par une refonte complète de notre système économique avant de décider si oui ou non, le maintien du nucléaire est nécessaire.

Le PS toujours hésitant

Au PS, Anne Hidalgo considère que la sortie du nucléaire ne devra se faire que lorsqu’une alternative suffisante sera mise en place. Défavorable à la décroissance et à la politique écologique d’urgence, cette dernière préconise une transition lente sans délai imposé.

À l’instar des partis de droite, Roussel, Hidalgo et Arthaud défendent également la souveraineté énergétique et économique permise par le nucléaire. L’exemple cité est bien sûr l’Allemagne qui, pour sortir définitivement de sa dépendance au nucléaire, doit parfois consommer l’électricité des pays voisins.

A noter que Christiane Taubira (PRG) n’a pas présenté de programme

A quelques semaines du premier tour, à vous de vous faire votre idée..

(Source Agence France Électricité)

mm

Pierre-Edouard Laigo

pierre-edouard.laigo@lecourrierdesentreprises.fr
port. 06 59 056 026

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives