L'économie positive
de nos territoires
et de vos entreprises

Le courrier des entreprises

Grand Clermont : le panorama de l’immobilier d’entreprise 2020

Le secteur de l’immobilier d’entreprise de la métropole s’était donné rendez-vous ce mercredi à la CCI Puy-de-Dôme pour un tour d’horizon complet du marché local. L’occasion de prendre le pouls de ce secteur dans lequel se reflète les grands changements structurels et conjoncturels que nous vivons. Voici les résultats de l’étude de marché menée par la Commission Immobilier d’Entreprise de la FNAIM.

Christian Dosmas, Président de la FNAIM Auvergne : « Le marché de l’habitat et celui de l’immobilier d’entreprise montrent de vraies similitudes : après une année 2019 « normale » en croissance après une très bonne année 2018, il est intéressant d’analyser les chiffres de 2020, même si les effets de la crise sanitaire que nous traversons ne se sont probablement pas encore tous fait sentir »

Pour Cédric SERRE, Responsable FNAIM Auvergne Entreprise : « C’est la deuxième édition de ce panorama de l’immobilier d’entreprise, qui nous paraît utile pour avoir une vision plus globale du marché ainsi que des chiffres plus précis : 

Des bureaux plus petits et plus nombreux.

En ce qui concerne les bureaux, pour analyser ce que nous appelons la « demande placée » (ndlr. les recherches de locaux d’entreprise portées par des entreprises qui ont trouvé les locaux qu’ils cherchaient) Le volume des transactions s’est élevé à environ 19 000 m², soit une baisse d’environ 5 % par rapport à 2019, alors que le nombre de transactions a augmenté de 25%. En 2019 la surface moyenne était de 230 m2, elle n’est que de 160 m2 en 2020.

Le problème du secteur est un stock disponible peu profond d’environ 20 000 m2, avec peu de changement dans l’année mais des perspectives meilleures grâce aux 16 100 m2 attendus sur la Pardieu l’année prochaine. L’offre actuelle est inexistante en centre-ville, faible au Brezet et à la Pardieu, seul le Zénith prospère avec 6200 m2 de plus.

Les valeurs locatives et les prix de vente restent stables

Des locaux d’activités souvent vieillissants

Malgré cela le volume des transactions s’est élevé à environ 90 000 m², soit une augmentation d’environ 20 % par rapport à 2019, mais les 4/5ème des transactions sont réalisées à la location (en 2019 c’était seulement la moitié). Le stock disponible des locaux d’activités est, de ce fait, plus faible, alors que la demande reste soutenue. Les agglomérations au sud de Clermont-Ferrand est le secteur le plus recherché avec la zone du Brezet.

Les choses sont disparates entre des zones très récentes et des bâtiments aux normes, et des zones anciennes avec des bâtiments à rénover, qui ne correspondent plus aux besoins des entreprises.

Le marché des commerces est très touché.

Ivan Tartière, Vice- Président de la FNAIM Auvergne : « Les porteurs de projets restent prudents, moins nombreux mais avec des projets plus qualitatifs et réfléchis. 2020 aura été une année difficile pour le commerce en général, avec des fermetures, pendant plusieurs mois, liées aux dispositifs sanitaires du gouvernement. Par exemple la fréquentation du centre-ville de Clermont a été divisée par deux ; La restauration a beaucoup souffert, des commerces se sont adaptés avec la livraison et le « Click & Collect ». Les valeurs locatives ont une fourchette très large : de 70 à 1000 €hthc le m2 par an selon la localisation et l’emplacement. »

Un marché très stable qui séduit les investisseurs

On assiste à une demande très soutenue aussi bien de la part d’investisseurs locaux que nationaux. D’une manière générale, le marché de l’agglomération de Clermont-Ferrand présente une stabilité à long terme qui séduit les investisseurs. Ce marché est peu enclin à s’enflammer. Mais, de la même façon, il ne s’écroule pas en temps de crise. Cette caractéristique permet aux investisseurs de sécuriser leur portefeuille. L’année 2020 a été similaire à 2019 sur le marché de l’investissement.

Pour l’avenir, la nouvelle norme RT2020 ou RE2020, appliquée à partir du 1er janvier 2022, imposera des exigences supplémentaires pour chaque construction neuve de bâtiment, ce qui devrait impacter les rentabilités des biens.

Retrouvez ici l’intégralité du Panorama 2020

 

mm

Pierre-Edouard Laigo

pierre-edouard.laigo@lecourrierdesentreprises.fr
port. 06 59 056 026

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives