L'économie positive
de nos territoires
et de vos entreprises

Le courrier des entreprises

Banque de France : perspectives 2022… sort-on de la crise ?

Mercredi, Guilhem Blanchin, Directeur de la Banque de France, et Aurélie Marchand, son adjointe, présentaient le bilan 2021 et les perspectives 2022 des entreprises en Auvergne-Rhône-Alpes. La banque centrale de la France a parmi ses principales missions d’établir des enquêtes de conjoncture et ainsi prendre le pouls de l’économie régionale en période de crise. Décryptage…

Macroéconomie : point de situation après 2 ans de crise

Concernant l’évolution du Produit Intérieur Brut en Europe, sur une base 100 établie au 4ème trimestre de 2019, la chute enregistrée au deuxième trimestre 2020 était de 15% pour la zone euro et de 18% pour la France.

Mais, à l’instar de l’Allemagne, le PIB de la France est revenu à sa base au troisième trimestre 2021. L’activité est même remontée au-dessus de son niveau pré-crise en octobre 21. Cela est dû à une forte reprise de la production dans l’industrie, notamment pharmaceutique.

Dans le secteur des services l’activité augmente globalement, surtout en ce qui concerne le travail temporaire. Les seules activités en berne sont la restauration, l’hébergement et la réparation automobile.

L’incertitude reste présente dans l’enquête de conjoncture

Les multiples vagues de variants et les confinements successifs sur presque deux années ont entamé la confiance des entreprises françaises : l’incertitude est encore deux fois plus importante qu’avant 2020.

L’inflation pointe son nez avec les difficultés d’approvisionnement

L’indice des prix à la consommation harmonisée (IPCH) est en forte progression, faisant craindre sur les projections de la Banque de France un pic à 3.4% sur ce début d’année et une stabilisation autour des 1.7% pour les deux années à venir. Cette inflation est due notamment aux hausses des prix de l’énergie et de l’alimentation et aux difficultés d’approvisionnement sur de nombreux secteurs de l’industrie et du bâtiment : une majorité des entreprises de ces deux branches anticipent des difficultés d’approvisionnement pendant encore au moins un an !

Les difficultés de recrutement perdurent malgré un taux de chômage de 7.4%

Les entreprises ont été interrogées sur leurs difficultés de recrutement. 52% indiquent éprouver ces difficultés, alors qu’en mai 2021 ils n’étaient de 37%. Le bâtiment est le plus impacté avec 61% des entreprises concernées.

Faudrait-il revoir les filières et les programmes de formation pour qu’ils s’adaptent et anticipent le marché de l’emploi ? (ndlr)

Les entreprises en Auvergne-Rhône-Alpes : Bilan 2021

Le chiffre d’affaires des entreprises Auralpines, qui avait chuté de 10.40% en 2020, est revenu à la normale avec une hausse de 11.30% (attention il est important de tenir compte de l’inflation du moment). Il en va presque de même en ce qui concerne les effectifs.

Le redressement concerne surtout les activités informatiques, la fabrication d’équipements électriques, l’ingénierie, la coutellerie et l’outillage. Les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration restent en grande difficulté.

La reprise est plus forte qu’attendue dans l’industrie et le BTP avec plus de 11% de hausse de chiffre d’affaires : les carnets de commandes sont pleins mais, comme dans le reste de l’hexagone, souffrent toujours de gros problèmes d’approvisionnement. Les secteurs les plus en hausse sont l’industrie chimique, la métallurgie et les travaux publics.

Le secteur des services est globalement en hausse, même si le chiffre d’affaires de la branche hôtellerie-restauration accuse toujours une chute de 26.2%.

La rentabilité est au rendez-vous en 2021

Dans l’industrie 46% des entreprises ont augmenté leur rentabilité, 33% restent sur les mêmes bases et 21% connaissent une baisse.

Dans les services ce sont 54% qui sont plus rentables, 28% sont identiques et 18% ont un manque.

Et dans le BTP, les entreprises sont 42% à se réjouir, 34% ne voient pas de différences et 24% souffrent de difficultés de rentabilité.

Zoom sur le Puy-de-Dôme : une résilience forte

Le taux de défaillance des entreprises puydomoises diminue, ce qui est rassurant pour l’avenir. Elles ont su mobiliser plus de crédits que dans le reste de la région Auvergne-Rhône-Alpes. De ce fait il y a moins de dossiers de surendettement qui sont déposés et nous bénéficions d’un taux de chômage à 7%, moindre que celui du pays. Grâce aux aides et aux PGE, les entreprises ont pu pallier leurs difficultés momentanées de trésorerie.

Les prévisions 2022 pour les entreprises en Auvergne-Rhône-Alpes

Même si le contexte est incertain, les perspectives pour l’industrie sont favorables car la Banque de France table sur une augmentation de 6.8% du chiffre d’affaires, notamment grâce à une reprise des flux d’export. Pour les entreprises des services, la prévision est une augmentation du chiffre d’affaires global de 8.5%. Le BTP devrait connaître une progression plus légère de son chiffre d’affaires (2.9%). Ces augmentations sont à pondérer par l’inflation attendue.

Le taux d’investissement des entreprises industrielles et du BTP est prévu en augmentation sur 2022.

En bref, pour nous réjouir de l’évolution de l’année en cours nous devrons tout de même surmonter les aléas concernant l’épidémie et ses potentielles mesures sanitaires, celui des difficultés d’approvisionnement et de recrutement, la vitesse de consommation de l’épargne et le maintien de la croissance.

Il nous faudra également absorber les tensions sur les prix de l’énergie et des matières premières alimentaires et industrielles.

mm

Pierre-Edouard Laigo

pierre-edouard.laigo@lecourrierdesentreprises.fr
port. 06 59 056 026

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives