Le courrier des entreprises

APM : Agilité en entreprise…Faut-il le faire ? Comment faire ?

Le 5 avril, les dirigeants du club APM Auvergne Nouveau Monde ont accueilli à l’Aéroport Clermont Auvergne Sylvain Loubradou coach agile qui intervenait sur le thème : «Agilité en entreprise…Faut-il le faire ? Comment faire ?»
Ex directeur Informatique et logistique dans différents pays et secteur d’activité Il accompagne des entreprises de divers secteurs dans leur évolution vers un mode de fonctionnement plus autonome et transversal, il est tout-terrain et pratique.
Il aide des entreprises de secteurs très divers et dans tous types de métiers, à fluidifier le travail en collectif et à apporter de l’efficacité pour les clients finaux, grâce aux méthodes agiles, lean, design thinking.

Qu’est-ce qu’une entreprise agile ?

Les méthodologies lean-agile sont nées au Japon dans les années 1970/80 et ont engendrées dans les années 2000 le lean

Six Sigma avant de permettre l’éclosion dans les années 2005 , des méthodes agiles, du design thinking puis du lean start-up.

Le Lean agile consiste à reconstruire vite avec très peu de ressources. Le processus consiste à observer puis à faire le bilan de façon cyclique,  en s’aidant des outils agiles qui permettent d’améliorer les interactions entre les personnes.

Être une entreprise “Agile” n’est pas une fin en soi, il n’y a pas de dogme et cela ne peut ni correspondre au patron, ni correspondre au secteur. C’est un mode de fonctionnement qui fait ses preuves si l’on a envie que cela fasse ses preuves et qu’on y met la discipline nécessaire.

Philosophie du lean

Le lean cela consiste à apporter de la valeur rapidement, à apprendre constamment et collectivement, à intégrer la qualité à tous les niveaux, à optimiser l’ensemble, à impliquer tout le monde et à pratiquer l’amélioration continue. Pour ce faire l’organisation doit être flexible et il faut privilégier les relations à long terme.

La recherche de sens et/ou contribution, le développement personnel, l’autonomie renforcent la motivation intrinsèque. Dans cet esprit, la routine, la participation à une œuvre et l’action politique (participation aux règles de la communauté) permettent de rééquilibrer les besoins fondamentaux de l’être humain (hanna arendt – la condition humaine) :

Valeurs et principes agiles

4 valeurs guident les principes agiles. Privilégier les interactions et les personnes sur les processus, s’adapter avant de suivre le plan, collaborer avec le client avant de respecter le contrat et privilégier la production de valeur par rapport à la documentation.

De ses valeurs découlent quelques principes que sont la recherche de simplicité, l’amélioration continue, l’auto-organisation, la limitation du work in progress, la motivation des équipes, l’excellence technique, la livraison fréquente et régulière et la rencontre fréquente avec le client.

Les outils du Lean,

Les principaux outils du lean sont les rétrospectives qui concernent équipes qui font projet et de l’opérationnel, le kanban qui s’applique aux des projets simples, à l’opérationnel et aux processus transverses, le scrum qui concerne davantage l’informatique et des projets transverses, le value stream mapping qui s’applique à l’analyse des processus, les tableaux électroniques, et le management visuel qui facilite la communication avec les équipes.

Comment réussir

Il est conseillé de décider de peu d’actions  concrètes, de veiller au respect des règles du jeu (bienveillance, écoute sans débat, dialogue puis priorités puis actions…) et de faire confiance à l’ auto organisation. Par ailleurs Sylvain Loubradou conseille de créer une régularité et de s’assurer que la question soit spécifique et bien posée. Enfin il est important que l’animateur externe ou interne tourne afin d’impliquer l’ensemble des acteurs. Le fonctionnement tribal, composé d’équipe multi disciplinaire, crée de la confiance et génère une motivation intrinsèque qui permet l’auto-organisation.

Ecueils à éviter

Il faut s’assurer que le rituel ne soit pas trop long éviter d’utiliser le tableau comme outil de contrôle. Il faut veiller au  respect des règles par le management. Les autres écueils à écarter sont l’absence de réelle délégation et l’abandon du rituel.

Comment démarrer ?

Il s’agit d’une gestion du changement qui nécessite peu d’équipes au démarrage. Il est opportun de choisir une équipe en crise ou une équipe volontaire avec un manager sécurisé. Parallèlement il est préférable de séduire les autres équipes concernées plutôt que d’imposer la démarche. Cela permet de créer la transparence du processus. Il faut également choisir une formation pratique et spécifique et désigner des référents ou pilotes. Enfin, il faut laisser à l’équipe le choix des outils et de la vitesse de déploiement et créer des boucles de feedback avec la direction.

L’aspect « pratico pratique » de l’intervention et la richesse des exercices proposés par Sylvain Loubradou ont particulièrement séduits les dirigeants du club APM ANM qui s’engagent à l’expérimenter au sein de leurs entreprises.

Un article de  Gilles Flichy,

 

Frederic Coureau

Journaliste - speaker - Modérateur
Influenceur
Consultant stratégie éditoriale, digitale et d'influence / Inbound marketing
Agence MINTAKA : https://www.fredericcoureau.com/

Publicité

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives