Le courrier des entreprises

Vélo connecté : la start up Koboo marque des points à VivaTech 2018

Le salon VivaTech 2018, consacré à l’innovation technologique des start-up, se tenait à Paris les 24, 25 et 26 mai derniers.

Pour sa première participation, la start up Clermontoise ‘Koboo’ a reçu de nombreuses critiques positives, notamment de la part d’Elisabeth Borne : « La ministre des transports s’est montrée particulièrement intéressée par notre technologie. Ce fût un échange long et fructueux dont découleront de futurs événements structurants. Pour nous, c’est une étape supplémentaire dans notre développement et une reconnaissance importante, d’autant plus que la ministre nous a sélectionnés parmi les 8000 entreprises présentes au salon», souligne Nicolas Roussel, directeur général associé à Koboo.

Comment ça marche ?

Partant du principe que l’offre de location de vélos n’est pas suffisamment innovante en France, Julien Coinchon, et Eric Boucomont, entrepreneurs dans l’âme, se sont associés en 2016 pour créer la société Koboo. C’est ainsi qu’est née l’idée d’un « Vélib » connecté et accessible à tous.

Une application smartphone permet de payer sa location et sa caution et de déverrouiller le cadenas vélo. Un parcours GPS est également proposé, ce dernier renseigne sur les principaux sites touristiques locaux, permettant ainsi de valoriser les territoires, leur culture et patrimoine.

Deuxième avancée importante, une révolution d’usage : «Proposer la solution vélos en libre-service à tous les territoires et toutes les structures, quels que soient leurs tailles et leurs secteurs d’activités (tourisme, PDM, événementiel, transport urbain). Grâce à notre technologie, nous pouvons nous adapter à un parc déjà existant qu’il s’agisse de cycles traditionnels ou de vélos électriques », soulignent les cofondateurs.

Des clients potentiels

En quelques mois, Koboo a déjà séduit plusieurs agglomérations, comme celle de Royan (Charente-Maritime).

Vichy Communauté (Allier) et Riom Limagne Volcans (Puy-de-Dôme), sont actuellement en phase de négociation pour intégrer le projet.

Des acteurs majeurs de la mobilité soutiennent la jeune pousse, tels que Transdev, qui compte parmi les principaux opérateurs de transport en commun mondiaux, le Syndicat Mixte des Transports en Commun clermontois (SMTC) ou encore Arcade Cycles, concepteur et fabriquant de vélos personnalisés en petites et moyennes séries dans des délais ultra-courts.

Une start up en plein essor !

En avril 2018, Koboo a intégré le booster de start-up labellisé French Tech : Le Bivouac à Clermont-Ferrand, une étape supplémentaire dans le parcours de cette jeune entreprise. La Start up avait  été initialement incubée au sein de Busi au tout début de son aventure et récompensée par une bourse French Tech. Récemment, l’équipe s’est étoffée, avec l’intégration en mai 2018 de Nicolas Roussel comme directeur général associé.

L’étape suivante pour Koboo est de pouvoir devenir un acteur significatif du « free-floating », un concept développé en Chine et qui se développe en Allemagne où l’auto-partage est en très forte croissance. Dans l’autopartage en free-floating. il n’y a pas de station de départ ni d’arrivée. L’usager utilise une application sur son mobile pour géolocaliser en temps réel la voiture la plus proche. C’est le même concept qu’utilise KoBoo dans le domaine du vélo.

La start-up auvergnate travaille sur une levée de fonds pour assurer le déploiement commercial de son offre et ‘consolider’ sa technologie. Prochaine étape : Pouvoir travailler à partir d’un parc de 10 000 vélos d’ici trois ans.

Manon Tortosa

Le Courrier des entreprises vous invite à découvrir : Cowork & Com – Agence de communication digitale et print

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives