Le courrier des entreprises

Urgence crise économique : Nouvelles aides Régionales et appel sans précédent des organisations patronales !

Il y a quelques jours, les Echos titraient : Le coronavirus va tuer plus de PME que d’êtres d’humains ! Et c’est une réalité ! En seulement quelques jours, l’impact est brutal et les effets immédiats… Face à l’urgence, l’ensemble des organisations patronales appellent l’Etat à un engagement sans précédent. De son coté, Laurent Wauquiez annonce de nouvelles mesures exceptionnelles sur un plan régional.

Près de 3 600 entreprises ont fait une demande de recours chômage partiel, a annoncé Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, ce jeudi matin sur LCI . Au total, 60 000 salariés sont concernés. «Et ça va être beaucoup plus», affirme Muriel Pénicaud qui complète par  «Je n’ai pas de limite budgétaire, on fera ce qu’il faut.»

Les indépendants, les commerçants, les artisans, les TPE, les PME sont des victimes directes et immédiates du virus !
Dès à présent près de 30% d’entre-eux sont en ‘détresse respiratoire’ et d’ici à 8 à 10 semaines combien ne sortiront même pas de réanimation !

A la différence de 2008 « crise de la finance », nous sommes dans un vrai choc de l’économie « du réel ». Celle de notre quotidien.
Il est indispensable, dès les prochains jours que prenne forme un vrai « plan blanc » d’assistance, d’appui… de sauvetage des 2 767 774 commerçants, artisans, indépendants et entreprises français.
C’est ce que s’efforce à faire le Gouvernement, mais au regard des réactions unanimes des fédérations professionnelles et syndicats patronaux, un « choc » exceptionnel est attendu bien au-delà des premières mesures annoncées.

Nouvelles aides : les annonces de la Région Auvergne-Rhône-Alpes 
Pour les artisans, commerçants et professions libérales, touchés par le coronavirus, la Région Auvergne Rhône Alpes‬⁩ met immédiatement en place :
1) Un refinancement de trésorerie de 10 000€.
2) Des prêts à taux zéro, remboursables sur deux ans, pour lesquels la Région se portera caution.

L’action de BPI France

Pour aider les entreprises à surmonter les difficultés économiques liées à l’épidémie de Coronavirus (COVID-19), Bpifrance a activé un plan de soutien à destination des TPE et PME touchées.
A partir d’aujourd’hui, les entreprises pourront se renseigner directement sur ces mesures exceptionnelles destinées à les soutenir, grâce au nouveau numéro vert mis en place : 0 969 370 240.

Mesures d’accompagnement aux entreprises impactées par l’épidémie de Coronavirus :

  • L’octroi de la garantie Bpifrance, qui voit sa quotité portée à 70%, pour les prêts de trésorerie accordées par les banques privées françaises aux entreprises affectées par les conséquences du Coronavirus.
  • La prolongation des garanties classiques des crédits d’investissement, pour accompagner les réaménagements opérés par les banques, sans frais de gestion.
  • Le réaménagement des crédits moyen et long terme pour les clients Bpifrance, sur demande motivée par le contexte.

Nicolas Dufourcq, Directeur général de Bpifrance, déclare : « Toutes les équipes sont mobilisées, à travers nos cinquante implantations régionales, pour soutenir les TPE et PME dans la crise qu’elles traversent à cause du Coronavirus. Le dispositif éprouvé de la garantie est une réponse d’impact massif, qui pourra les aider à passer ce cap difficile ».

Les 5 grandes fédérations du commerce tirent la sonnette d’alarme : 3,6 millions d’emplois du commerce sont en jeu !
Les 5 grandes fédérations du commerce (1) demandent un renforcement des aides gouvernementales et appellent à la solidarité les bailleurs, les banquiers et les assureurs pour faire face aux conséquences de cette nouvelle crise.
Actuellement, tous les commerçants sont impactés, pour la troisième fois en 14 mois, par la crise du Coronavirus/Covid-19 qui se propage en France. Après les grèves contre la réforme des retraites et les manifestations des « gilets jaunes ».
D’ores et déjà, on observe une accélération rapide de la baisse de fréquentation et des chiffres d’affaires sur l’ensemble du territoire, aussi bien dans les magasins implantés dans les grandes villes que dans des zones plus rurales.
Dans les zones touristiques et celles directement impactées par le virus, cette baisse entraîne déjà des fermetures partielles ou totales de magasins.
C’est donc l’ensemble des acteurs du commerce – enseignes succursalistes, commerces franchisés, indépendants, coopératifs et associés – qui souffre fortement de cette crise sanitaire exceptionnelle, et voit leur pronostic vital engagé, certains étant déjà en état d’urgence absolue.
Ce sont les 3,6 millions d’emplois du commerce qui sont en jeu, particulièrement au sein des petites et moyennes structures dont l’assise financière est plus fragile.
Les Fédérations en appellent également à la solidarité des acteurs de l’immobilier commercial, pour :
  • accorder aux commerçants les réductions de loyers indispensables pour adapter les coûts d’exploitation à la réalité de l’activité des magasins,
  • assouplir les modalités de règlement des loyers et charges
  • ne pas appliquer de pénalités en cas de fermeture partielle ou totale de magasin.

Elles demandent au Gouvernement de soutenir fermement cet appel comme il l’a légitimement fait pour les fournisseurs et leurs sous-traitants. Les Fédérations demandent également à l’ensemble des acteurs de la banque de faire preuve de diligence pour maintenir les facilités de paiement et de trésorerie, et à ceux de l’assurance de garantir les éventuelles pertes d’exploitation liées à ce cas de force majeure.

(1) : Fédération Nationale de l’Habillement (FNH), Fédération française de la franchise (FFF), Fédération du Commerce Coopératif et Associé (FCA), Fédération du Commerce Coopératif et Associé (FCA), Procos.

Les organisations patronales lancent l’alerte : Des milliers d’entreprises risquent de disparaître.
Geoffroy Roux de Bézieux appelle à à prendre d’urgence les mesures suivantes  : 
  • Porter la garantie de BPI France à 90% et revoir le plafond de 1,5m€. « La commission europeenne ne peut pas refuser » précise le Président du MEDEF.
  • L’exonération automatique et immédiate des charges sociales en cas de baisse brutale de chiffre d’affaire. « Sinon des milliers d’entreprises risquent de disparaître » alerte Geoffroy Roux de Bézieux 

Le MEDEF de Haute-Loire vient de publier un mémo intéressant permettant de récapituler les aides et les liens Internet utiles :

Les autres sites d’information utiles pour les entreprises : 

 

Frederic Coureau

Journaliste et influenceur économique
Speaker - Modérateur
Conseil en stratégie éditoriale et de contenus - Inbound marketing
https://www.fredericcoureau.com/

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives