Le courrier des entreprises

Travailler moins pour travailler mieux : un outil clef le test ‘CGP’

Le 14 février, les dirigeants du club APM Auvergne Nouveau Monde ont accueilli, au Novotel du Brezet, Christian Barqui dirigeant d’entreprises et ex président de l’Association pour le Progrès du Management qui intervenait sur le thème : « Travailler moins pour travailler mieux ».

C’est quoi, travailler ?

Le travail est souvent entaché dans l’opinion publique de représentations à connotation négative évoquant l’effort, la fatigue, l’exploitation, l’ennui et l’usure située à l’encontre du plaisir et de la réalisation de soi. Cette vision n’est ni une fatalité ni une nécessité à ceux qui prennent conscience qu’il n’existe pas de corrélation entre la durée et la pénibilité du temps travaillé et le niveau de performance et de réussite.

Pourquoi travailler à temps partiel ?

Pour le dirigeant diminuer son temps de travail nécessite de bien comprendre son fonctionnement de celui de son équipe pour se consacrer à d’autres activités qui font sens pour lui et lui permettre de trouver un équilibre de vie dont les bénéfices rejaillissent sur ses équipes.

Comment travailler à temps partiel ?

Il s’agit d’adopter une posture personnelle adaptée et pour cela il est nécessaire d’apprendre à mieux se connaître en tant que Dirigeant et de s’appuyer sur ses talents. Le dirigeant peut avoir recours à un outil simple et performant le test CGP qui décrit sa personnalité professionnelle

L’analyse CGP au service du management

Le test CGP permet à tout un chacun de déceler ses propres talents ainsi que celui de ses équipes ce qui va permettre, d’une part de s’entourer de personnes complémentaires et d’autre part de pratiquer une délégation éclairée qui permet à chacun de donner le meilleur de soi-même en étant « à sa bonne place ». Il permet de mieux connaitre « la personnalité professionnelle » de ses collaborateurs, d’identifier leur style de leadership et de créer la cohérence au sein d’une équipe. C’est donc à la fois un outil de gestion des compétences et un outil d’optimisation de son organisation qui permet de mieux déléguer pour gagner du temps

Les voies de succès

Pour travailler moins il est nécessaire de définir un cap clair grâce à une stratégie comprise par tous et de construire la vision et les valeurs en équipe et en cohérence, enfin il convient de donner du sens au projet d’entreprise via la RSE.

Christian Barqui invite les participants à s’appuyer sur les fonctions Commerce, Ressources Humaines, en recrutant les meilleurs à leur prix, en validant la complémentarité au sein des équipes et en mettant en place de la mobilité choisie plutôt que subie.

Il s’agit également d’écouter et libérer les suggestions de la base, d’éliminer les petits chefs et d’accepter les contraintes et les souhaits individuels: Horaires différés, Temps partiel et Télétravail.

Pour travailler moins il est également conseillé de déléguer massivement et de privilégier le contrôle aléatoire à l’hyper-contrôle qui est un mangeur de temps ». Ces nouveaux comportements de pilotage vont amener à fidéliser ses collaborateurs que l’on peut motiver en pratiquant des déjeuners individuels aléatoire, en les félicitant, en organisant des entretiens annuels de motivation et en leur offrant du bien être (abonnements de sport, salle de repos), Conventions, incentives,.. Il est également important d’Investir dans la formation à court, moyen et long terme.

La botte secrète de Christian Barqui qu’il nous livre, c’est de Proposer à ses N-1 une mission qui est de son pouvoir et de son statut ce qui va décupler leur motivation.

Question organisation il est préconisé d’oser « le Management par l’absence » et d’accepter que des décisions se prennent sans nous tout en ayant pris soin d’éradiquer les Mailonite, Réunionite, Reportite, Budgetite, Procrastite…, sources d’inefficacité.

Pour parachever le tout autorisez-vous à simplifier les comptes-rendus et à réduire Les fonctions centrales, les fonctions support et les fonctions matricielles, ….

Alors il ne restera plus qu’à bloquer une demi-journée par semaine dans son agenda pour soi sans jamais perdre de vue que chaque dirigeant gagnerait à « toujours être aligné », c’est-à-dire « à Dire ce qu’il va faire et faire ce qu’il dit qu’il fera »

Un article de  Gilles Flichy,

Frederic Coureau

Rédacteur en chef
Speaker - Modérateur
Conseil en stratégie éditoriale et d'influence - Inbound marketing
https://www.fredericcoureau.com/

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives