Le courrier des entreprises

Talent d’Auvergne : Perfect Memory, le meilleur du big data

Fondée il y a 12 ans à Chamalières par Steny Solitude, Perfect Memory apporte à ses clients le meilleur du big data et de la sémantique du Web. La société vient de participer au Consumer Electronic Show (CES) qui généralement rassemblait le meilleur des nouvelles technologies à Las Vegas depuis plus d’un demi-siècle et était cette année en virtuel du 11 au 14 janvier.

Big Data…  Tout le monde en parle mais en fait qu’est-ce ?

L’explosion quantitative des données numériques a obligé les chercheurs à trouver de nouvelles manières de voir et d’analyser le monde. Il s’agit de découvrir de nouveaux ordres de grandeur concernant la capture, la recherche, le partage, le stockage, l’analyse et la présentation des données. Ainsi est né le « Big Data ». Il s’agit d’un concept permettant de stocker un nombre indicible d’informations sur une base numérique. Selon les archives de la bibliothèque numérique de l’Association for Computing Machinery (ou ACM) dans des articles scientifiques concernant les défis technologiques à relever pour visualiser les « grands ensembles de données », cette appellation est apparue en octobre 1997.

Littéralement, ces termes signifient mégadonnées, grosses données ou encore données massives. Ils désignent un ensemble très volumineux de données qu’aucun outil classique de gestion de base de données ou de gestion de l’information ne peut vraiment travailler. En effet, nous procréons environ 50 zettaoctet de données (zetta = 10 puissance 21 !). Ce sont les informations provenant de partout : messages que nous nous envoyons, vidéos que nous publions, informations climatiques, signaux GPS, enregistrements transactionnels d’achats en ligne et bien d’autres encore. Ces données sont baptisées Big Data ou volumes massifs de données. Les géants du Web, au premier rang desquels Google, mais aussi Facebook, LinkedIn, etc., ont été les tous premiers à déployer ce type de technologie.

Se représenter de telles quantités de données n’est pas une tâche aisée pour nos cerveaux habitués à traiter avec les méga- et giga-octets. Afin de se donner une idée de l’échelle : un zettaoctet équivaut à un milliard de téraoctets, soit mille milliards de giga-octets. En comparant avec des éléments plus tangibles, cela signifie qu’il faudrait se procurer 500 millions des plus gros disques durs actuels (100 To) pour être en mesure de sauvegarder les 50 zettaoctets de données potentiellement créées cette année.

La démocratisation croissante des objets connectés et l’avènement de la technologie 5G seront les principaux moteurs de ce « big bang » des données numériques.

Maîtriser l’analyse du big data est l’enjeu concurrentiel principal de l’avenir des entreprises

Recueillir ces données, les stocker, les analyser dans le but de pouvoir utiliser les informations de manière rationnelle est un métier de plus en plus recherché.

Les avantages pour le secteur marketing sont immenses pour viser juste dans sa relation entreprise-client, pour la production il est question de rationaliser ses coûts, pour le commerce c’est établir des schémas d’achat précis, tous les secteurs sont intimement concernés.

Et l’intérêt de faire appel à Perfect Mémory ?

Perfect Memory commercialise dans le cloud une plateforme sémantique de gestion des données qui améliore l’accessibilité et la qualité de référencement des offres de players web (les entreprises qui exercent leur activité commerciale uniquement en ligne, sur Internet). Perfect Memory accroît le chiffre d’affaires des players du web par des catalogues produits riches et captifs.

En clair il s’agit d’augmenter l’accessibilité des catalogues, d’organiser la mutation des marques en média de marque et de structurer et mieux exposer ces catalogues.

In Situ, hébergé ou hybride, les solutions proposées par Perfect Memory s’adaptent à vos contraintes

Steny Solitude explique : « Nous sommes un éditeur logiciel et l’on édite une plateforme qui permet de collecter, interpréter les données et les contenus que manipulent nos clients en des ressources qui sont exploitées pour améliorer leur efficacité opérationnelle. Cela permet aussi d’améliorer leur compréhension de leurs clients. Nos clients sont des acteurs des médias. Par exemple, RTL ou France Télévisions. Dans le sport, ça peut être des acteurs comme le PSG. En termes de gros opérateurs sur des événements mondiaux politiques, sportifs ou économiques, il y a le groupe Eurovision, pour lequel on réalise toute la plateforme data, sur des événements comme le Forum économique de Davos ».

« Le sujet qu’on adresse, le digital asset management (DAM), la gestion des actifs numériques des entreprises, représente un énorme marché. Le DAM est comme la colonne de direction d’une voiture. On n’y pense pas souvent mais sans elle, vous tournez le volant mais la voiture continue à aller tout droit. C’est ce qui permet de piloter de manière très opérationnelle l’entreprise. Plus l’entreprise est grosse et plus cet outil est important. C’est un marché de 25 milliards d’euros en Europe chaque année. Il a une croissance à 2 chiffres. Ces 20 dernières années, l’économie a basculé sur les réseaux. Cela veut dire que les différents acteurs économiques sont entrés en contact avec leurs fournisseurs, leurs partenaires et leurs clients. Ils ont commencé à travailler et à gérer les traces que généraient ces connexions directes. Ca a provoqué la naissance d’une nouvelle manière de commercialiser ces offres et d’exposer ces catalogues »

« L’histoire de Perfect Memory va se jouer à l’international. Une des cibles majeures est les Etats-Unis où la plateformisation des entreprises et des médias est en marche. Avec le CES, il y a un côté « Je vais aux USA pour me faire entendre en Europe », avec un enjeu de communication et de crédibilité. On teste aussi les différents partenaires qu’on a repérés et avec lesquels on vérifie si on est capable de travailler ensemble. Cette année c’était très spécial car c’était en ligne. On s’est concentrés sur la communication, le développement de notre visibilité. On a recruté un ancien banquier d’affaires international qui connaît très bien le monde anglo-saxon. On avait une sorte de stand virtuel. Chaque stand avait un chat où les visiteurs pouvaient prendre des contacts et échanger. Ça a été essentiellement des contacts techniques avec des partenaires qu’on est en train d’évaluer. C’était notre 4e participation au CES. Il s’agit d’un passage obligé. On a hâte que les choses reviennent à la normale car comme on veut s’attaquer au marché anglo-saxon et américain, il faut que l’on soit là-bas. C’est vraiment le point de rencontre de l’innovation »

 

Perfect Memory

33b Boulevard Berthelot – CHAMALIERES

04 73 29 99 28

www.perfect-memory.com

mm

Pierre-Edouard Laigo

pierre-edouard.laigo@lecourrierdesentreprises.fr
port. 06 59 056 026

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives