Le courrier des entreprises

Saint-Pourçain, le vignoble des rois

Au XIII e siècle, le blason de Saint-Pourçain-sur-Sioule était ornementé d’un tonneau et d’une fleur de lys (qui s’appelait alors Saint Pourçain les Tonnelles). Deux symboles identitaires pour cette cité du Bourbonnais qui a donné son nom à l’un des vins favoris des rois de France. Le vignoble se déploie sur la rive gauche de l’Allier, de la Sioule et de la Bouble. Les vins blancs ont longtemps fait sa réputation, mais aujourd’hui les vignerons jouent la carte des vins rouges et rosés. AOVDQS depuis 1951, les Saint-Pourçain ont accédé à l’AOC en 2009.

A l’instar des Côtes d’Auvergnes, les AOC de Saint-Pourçain comptent parmi les vins du Val de Loire ! Information importante à rappeler car souvent absente des cartes du Val de Loire. Pourtant le plus long fleuve de France (1006km) compte parmi ses principaux affluents la rivière Allier qui baigne le vignoble.

L’Allier, de par sa navigation fluviale, a permis un large développement du commerce des vins de Saint-Pourçain depuis l’époque mérovingienne, sous l’influence de l’ermite Porcianus dont on donna à la ville la version franque du patronyme.

Un des plus anciens vignobles de France, et des ambassadeurs de renons

Les promoteurs royaux de ses vins furent Saint Louis, Philippe Le Bel, Henri IV… et bien sûr la grande famille des Bourbons, dont le duché jouxtait le territoire.

Aujourd’hui la très grande majorité des vignerons se font constitués en coopérative sous le nom d’Union des Vignerons de Saint-Pourçain, ou « Cave de Saint-Pourçain ». Ils sont 46 viticulteurs sur 339 hectares et les 19 communes de l’appellation.

Les 1,6 millions de bouteilles produites annuellement sont pour moitié des rouges (Gamay à 65% et Pinot noir à 35%), pour 30% des blancs (Le Chardonnay est majoritaire à 70%, Le Tressallier pour 35% et une petite part de Sauvignon) et les rosés représentent 20% de la production, à partir des raisins rouges.

Revenons un instant sur ce cépage endémique qu’est le Tressallier, Trésallier, Trésalier, Trésaillier, Tressallier… il collectionne les variantes orthographiques locales et serait une référence à la trésaille, une charpente sur laquelle les sarments s’entrelacent. Autre théorie : il rendrait hommage à son potentiel autre berceau, l’Yonne, et aurait donc traversé l’Allier, d’où ce nom de « trans Allier ». D’après des analyses génétiques, il est issu d’un croisement entre le pinot blanc et le gouais blanc, serait originaire d’Italie, et on le retrouve sur les coteaux bourguignons sous le nom de Sacy.

Les vignerons de Saint-Pourçain défendent avec fierté cette exception locale qui donne aux blancs des arômes de fleurs et de poire. Pour certains sa fraicheur et sa vivacité rappellent la richesse organoleptique du Viognier à la dégustation.

Une cave moderne, une équipe motivée

Des années d’expérience ajoutées aux nombreux investissements effectués dans la Cuverie ont permis à la cave de se doter d’outils de vinification performants afin d’atteindre plus de finesse et de perfection.

L’Union des Vignerons de Saint-Pourçain a fait le choix d’allier tradition et modernité en réalisant des investissements au fil des années. Plusieurs millions d’euros ont été investis en 20 ans dans la modernisation de l’équipement de la cave : Pressoirs Bucher, cuverie thermo-régulée, groupe froid dernière génération, nouveaux logiciels de pilotage des pressoirs, etc.

Aujourd’hui, L’Union des Vignerons de Saint-Pourçain ambitionne de s’engager plus fortement et de faire du développement durable un véritable axe de différenciation.

En vue d’obtenir la certification HVE (haute valeur environnementale), les équipes, sous l’impulsion du président, ont engagé une réflexion environnementale avec les viticulteurs qui se doivent d’augmenter les éléments de biodiversité (haies, bandes enherbées, arbres, fleurs, insectes) sur leurs exploitations, à réduire au maximum la pression des pratiques agricoles sur l’environnement et à moderniser les outils agricoles.

Saint-Pourçain, une histoire, des hommes

La Cave de Saint-Pourçain est avant tout une équipe composée de 15 personnes, encadrée par Frédéric Germain, nouveau Directeur Général, en  concertation avec le Conseil d’Administration de manière collégiale. Cha    que salarié est expert dans son domaine. Très impliqués au sein de l’entreprise, ils assurent la production, l’élevage, le conditionnement, la gestion et la commercialisation des vins. Nommont également Jean-Marc Josselin, le Président depuis 2002, qui cultive 32 hectares de vignes, et Sylvain Miniot, le sémillant œnologue maison depuis 30 ans.

Saint-Pourçain, une gamme de plaisirs

Outre la fameuse « Ficelle », le Saint-Pourçain nouveau dont la bouteille est habillée par des dessinateurs de presse, et qui donne l’occasion, chaque année le premier samedi de décembre, à des ripailles « de copains » autour du millésime de l’année, notons également le « Blanc Premier », sa version en blanc.

Fruités et légers, vins de copains mais également vins élégants et complexes, La cave de Saint- Pourçain propose des vins d’assemblage et des vins de propriété. Elle a sélectionné des cuvées agréables à boire pour l’été à un rapport qualité prix étonnant (moins de 9 !)

Parmi ces vins, on retrouve La Cuvée la Réserve Spéciale Blanc un classique et typique du style des vins de l’appellation, un vin de propriété, la Cuvée du Domaine de Chinière et un Vin Gris rosé, léger et très rafraichissant.

Rappelons qu’il est bon de boire avec modération, alors buvons du bon !

Retrouvez toutes les informations en cliquant sur le logo

mm

Pierre-Edouard Laigo

pierre-edouard.laigo@lecourrierdesentreprises.fr
port. 06 59 056 026

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives