Le courrier des entreprises

Plan « Action cœur de ville » 5 milliards pour 222 communes dont 8 en Auvergne !

Le Gouvernement a décidé de lancer un programme ambitieux de revitalisation de ces espaces urbains. Un plan pour les villes moyennes, doté de 5 milliards d’euros répartis sur cinq ans. Montluçon, Moulins, Vichy, Riom, Thiers, Issoire, le Puy-en-Velay et Aurillac sont concernées.

Le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, et la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des finances, Delphine Gény-Stéphann, s’étaient vu remettre, le 15 mars dernier, le rapport de la Mission prospective sur la revitalisation commerciale des villes petites et moyennes porté par André Marcon, président honoraire des chambres de commerce et d’industrie de France, Maire de Saint-Bonnet-Le-Froid et Président de MACEO.

Ce rapport ayant posé le diagnostic des difficultés grandissantes de nombreuses villes moyennes, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, a annoncé le 27 mars dernier à Châtellerault (Vienne) la liste des 222 villes retenues qui peuvent bénéficier du Plan national « Action cœur de ville ».
En Auvergne figure dans cette liste les communes de Montluçon, Moulins, Vichy, Riom, Thiers, Issoire, le Puy-en-Velay et d’Aurillac.

André Marcon, président honoraire des chambres de commerce et d’industrie de France, Maire de Saint-Bonnet-Le-Froid et Président de MACEO

Les élus des 222 villes retenues dans le plan Action coeur de ville étaient réunis à Paris le 25 juin, afin d’échanger entre eux et avec un État qui se positionne comme un « facilitateur » des projets émanant des collectivités à l’occasion de la première rencontre nationale du plan Action cœur de ville qui réunissait, dans les locaux du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), les élus des 222 villes concernées et tous les partenaires du plan (Caisse des Dépôts, Anru, Anah, Action logement, Epareca…).

« L’idée est d’accompagner la stratégie des maires, des élus, qui promeuvent la renaissance de leurs centres-villes », a insisté le Premier ministre, Édouard Philippe, Le rôle de coordination de l’État passe par un préfet coordonnateur, en la personne de Rollon Mouchel-Blaisot (ancien directeur général de l’Association des maires de France), ainsi que par l’ensemble des préfets, et par le CGET.
Ce dernier est notamment chargé de recenser les bonnes pratiques, d’animer une « plateforme » collaborative, en lien avec l’association Villes de France, fortement impliquée dans l’élaboration du plan.
« La caractéristique de ce projet, c’est d’être simple d’emploi », a martelé le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, répondant à la demande de Villes de France d’un « État facilitateur » pour permettre aux territoires de développer leurs propres projets. A l’inverse d’une politique qui serait imposée d’en haut.

Une douzaine de conventions signées

Le plan de revitalisation des centres-villes s’adresse en priorité aux villes de 15.000 à 100.000 habitants qui ont une « fonction de centralité ».
Parmi les 222 villes retenues le 27 mars dernier, 205 comprennent au moins un quartier prioritaire de la politique de la ville, dont 41 situés dans leurs centres anciens. Dans le lot, figurent 80 « petites villes ».

Cinq milliards d’euros sont mobilisés sur cinq ans, dont 1 milliard d’euros de la Caisse des Dépôts en fonds propres, 700 millions d’euros de prêts, 1,5 milliard d’euros d’Action logement et 1,2 milliard d’euros de l’Anah.

L’idée est d’actionner tous les leviers en même temps pour faire revenir les habitants en centre-ville : favoriser l’acquisition et la réhabilitation de logements, améliorer leur performance énergétique, développer une nouvelle offre commerciale en centre-ville, accompagner les commerçants dans la transition numérique ou simplifier leurs démarches d’implantation en centre-ville…

Alors qu’une douzaine de conventions ont d’ores et déjà été signées, Jacques Mézard a rappelé le calendrier : une cinquantaine de signatures d’ici la mi-juillet, le reste pour fin septembre. « Il faut aller très vite lorsque c’est possible, ailleurs ça prendra un peu plus de temps », a exhorté le Premier ministre.
En effet, toutes les villes ne sont pas au même stade de leur réflexion et toutes n’ont pas les mêmes capacités d’ingénierie. C’est d’ailleurs l’un des apports importants du plan sur lequel la Caisse des Dépôts et l’Anah entendent se mobiliser fortement.
Par ailleurs, de nouveaux instruments vont permettre d’accompagner le plan, notamment à travers le projet de loi Elan en cours d’examen, comme l’opération de revitalisation territoriale (ORT), qui ne sera d’ailleurs pas réservée aux villes du plan de revitalisation.

Retours sur investissements plus modestes

Le directeur général de la Caisse des Dépôts, Éric Lombard, a pu exposer un changement de doctrine important en matière d’investissement : il s’agit de retenir des projets avec des retours sur investissements plus modestes dans ces villes qui rencontrent de nombreuses difficultés. Il s’agirait bien d’une « petite révolution » en termes de logiques d’investissements.

La rencontre a aussi été l’occasion de lancer un appel aux régions pour qu’elles s’impliquent dans le dispositif. C’est le cas, par exemple, de la région Grand Est avec Lunéville (Meurthe-et-Moselle), première commune à avoir signé sa convention, le 7 juin.

Au lendemain de cette rencontre, jeudi, l’Association des petites villes de France (APVF), a appelé « solennellement le gouvernement à prendre conscience de la situation des petites villes et à leur porter une attention plus soutenue ». « Ce sont près de 700 collectivités – et prioritairement, des petites villes – qui sont confrontées à ce phénomène de désertification de leurs centres-villes », insiste-t-elle. L’association annonce qu’elle organisera le 6 novembre, à Paris, un colloque national sur cette thématique, en partenariat avec la Caisse des Dépôts.

Lancement d’un portail unique

Le portail cœur de ville s’inscrit dans le programme Action Cœur de Ville lancé par l’État et ses partenaires (Action Logement, la Caisse des dépôts et consignations, l’ANAH, l’ANRU etc) face au constat de perte de vitesse des centres des villes moyennes.

Au service des acteurs du développement local, le portail cœur de ville rassemble donc en un lieu unique des informations et des liens internet renvoyant à des expériences exemplaires, des acteurs pour vous appuyer et des outils opérationnels facilitant la redynamisation des centres-villes.

A quoi sert le portail cœur de ville ?
Ce portail a pour objectif de recenser l’ensemble des leviers permettant aux acteurs locaux de réaffirmer les fonctions du cœur de ville : habitat, économie, services, identité. Il permet aussi de faire connaître l’expérience des territoires afin qu’elle soit source d’inspiration pour tous. Le contenu du portail sera enrichi au fur et à mesure du déploiement du plan Action Cœur de Ville.

 

En savoir plus :

  • Ministère de la cohésion des territoires – Voir le site
  • Entreprises.gouv.fr/coeur-de-ville – Voir le site
  • Rapport Marcon – Voir le site
  • Le Courrier des entreprises remercie le site de la Caisse des Dépôts et Consignation pour sa documentation et ses éléments de langages – Voir le site

Frederic Coureau

Journaliste
Formateur : Université Clermont-Auvergne, CCi-Formation, Wesford...
Consultant en stratégie digitale, éditoriale et d'influence.

Le Courrier des entreprises vous invite à découvrir : Cowork & Com – Agence de communication digitale et print

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives