Le courrier des entreprises

La cote de l’immobilier en Auvergne

L’année 2020 a rebattu certaines cartes, y compris dans l’immobilier. La chambre Auvergne de la FNAIM, un des principaux syndicats du secteur immobilier avec le SNPI et l’UNIS et représentant 40% du marché nous propose sa vision de celui-ci : contexte, constats et perspectives d’un marché fragilisé.

Au niveau national, la question de l’impact de la crise sanitaire et ses deux confinements sur le marché immobilier se pose. Concernant les transactions, le marché du logement s’est montré assez résilient, avec un volume de transactions en baisse, mais très proche du million de ventes et des prix qui résistent, toujours soutenus par le niveau très bas des taux d’intérêt.

Malgré un léger recul des transactions, la pierre a remarquablement résisté en 2020

Des prix toujours en légère progression et des disparités entre marchés (en particulier entre la capitale et le reste du territoire), mais une amorce de convergence.

La FNAIM s’inquiète des contradictions de la politique du logement

En 2020, la FNAIM a salué les mesures sans précédent mises en place par l’État en soutien des entreprises au cœur de la crise sanitaire : le chômage partiel et le Prêt garanti par l’État. Cette année aura aussi été marquée par deux actes forts et responsables que la Fédération nationale de l’immobilier et son président, Jean-Marc TORROLLION, ont souligné : l’infléchissement des recommandations du Haut conseil de stabilité financière (HCSF) ou encore la disposition Kasbarian, dont l’objectif est de lutter efficacement contre les squats et ainsi défendre le droit de la propriété.

Pour autant, la FNAIM s’interroge sur la ligne directrice du gouvernement quant à sa politique du logement, « pétrie de contradictions », notamment vis-à-vis des bailleurs.

Comment les professionnels de l’immobilier voient 2021

Il ressort des différentes réponses que malgré la double inquiétude économique et sanitaire, la pierre n’a pas perdu son attractivité, mais le secteur est fragilisé.

Le stock de logements à vendre est au plus bas : pour cette raison en particulier, le volume de transactions devrait baisser en 2021. En revanche, les prix se maintiendront, à l’exception possible de Paris et des dix premières villes de France.

Une grande inconnue : l’attitude des banques

Malgré des taux qui restent particulièrement bas, le risque est que les inquiétudes liées à la crise sanitaire fassent passer au second plan la conjoncture particulièrement favorable pour emprunter. Dans ce contexte, l’assouplissement des recommandations du HCSF a certes été apprécié. Mais à l’avenir, quelle sera l’attitude des banques ? Si la prudence l’emporte chez elles, notamment vis-à-vis des acquéreurs travaillant dans les secteurs touchés par la crise, cet attentisme agira, selon les agents immobiliers, comme un frein sur le marché en 2021.

Pour Christian Dosmas, président de la chambre FNAIM Auvergne, la confiance des ménages résiste à la crise sanitaire Le marché immobilier s’est montré particulièrement résilient jusqu’à présent. La FNAIM estime que les ventes de logements ont baissé d’environ 8% en 2020 (85 000 ventes de moins qu’en 2019), à 980 000 ventes. Soit un niveau équivalent à celui des années 2017 et 2018.

Le parc de de la région Auvergne-Rhône-Alpes est de 4.43 millions de logements, sur lequel la part de l’Auvergne n’est que de 17% avec 838 500 logements. Les deux tiers sont de maisons, ce qui montre bien le caractère rural de notre région,  et le dernier tiers des appartements, 76% sont des résidences principales, 12% des résidences secondaires et autant de logements vacants. Le Puy-de-Dôme compte près de la moitié de ce parc, l’Allier en a un quart, la Haute-Loire un sixième et le Cantal le reste.

L’Auvergne compte 65% de propriétaires. Les ventes en 2020 ont été de 19426 transactions, soit une évolution de -5.1% par rapport à 2019.

Les villes en poupe sont Clermont-Ferrand, Vichy et Montluçon, à égalité avec Aurillac. Étrangement Cournon d’Auvergne, deuxième ville du département, n’est pas dans le top 8 du nombre des ventes en 2020

La tendance des prix en Auvergne est en baisse sur les maisons et sur les appartements hors Puy-de-Dôme

mm

Pierre-Edouard Laigo

pierre-edouard.laigo@lecourrierdesentreprises.fr
port. 06 59 056 026

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives