Le courrier des entreprises

Jacqueline Gourault en visite dans l’Allier : 200 propositions pour refertiliser les campagnes !

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales était à Saint-Bonnet-de-Rochefort et à Marcillat-en-Combraille (03) fin juillet pour recevoir le rapport de la mission « Agenda rural » contenant 200 propositions pour l’avenir des territoires ruraux.

Plus de 20 millions de Français vivent dans les territoires ruraux. Pour répondre au sentiment d’abandon de ce tiers de la population française, le gouvernement a élaboré un agenda rural. En partant des expérience du terrain, pas moins de 200 propositions ont vu le jour avec un objectif prioritaire : améliorer la vie quotidienne des habitants des territoires ruraux.

Accès aux services essentiels, revitalisation des territoires, agriculture, transition écologique, déploiement de la technologie 5G en priorité dans les territoires ruraux, lutte contre les déserts médicaux, l’éducation, emploi, mobilités, logement, mais aussi vieillissement et isolement des populations, économie sociale et solidaire, renouvellement des générations; tous ces thématiques ont été explorées afin de produire un rapport qui comporte 200 propositions pour les territoires ruraux;

Un rapport remis à la ministre  Jacqueline Gourault, vendredi 26 juillet à Saint-Bonnet-de-Rochefort. Prochaine étape, la présentation d’un plan d’actions lors du prochain congrès des maires ruraux, le 21 septembre pour une mise en œuvre dès le second semestre 2019.

Pour Jacqueline Gourault, il s’agit de « réinvestir les villages » en faisant du « cousu main ». C’est aussi le message de la mission pour qui il n’existe pas une ruralité mais « des ruralités », qui vont de « l’hyper-ruralité » au périrurbain.

« J’ai souhaité que la mission formule des propositions pour améliorer la vie quotidienne des habitants des territoires ruraux dans des domaines tels que l’accès aux services essentiels, la revitalisation des territoires, la transition écologique, l’agriculture, la santé, l’emploi, les mobilités mais aussi sur des thématiques plus rarement appréhendées par les politiques publiques comme le renouvellement des générations, le vieillissement et l’isolement, la culture ou encore l’économie sociale et solidaire » a indiqué Jacqueline Gourault.

La mission était composée de cinq élus, le député d’Indre-et-Loire Daniel Labaronne, le sénateur de la Nièvre Patrice Joly et les maires Dominique Dhumeaux, Cécile Gallien et Pierre Jarlier, Maire de Saint-Flour (15);

En matière de transport, le rapport estime que 2 milliards d’euros doivent être fléchés sur dix ans pour désenclaver les territoires ruraux. Il propose d’inscrire dans le budget 2020 la création d’un « fonds de péréquation du versement transport », à l’échelle nationale ou régionale.

Plus globalement, la mission invite à une redéfinition de la politique de cohésion des territoires. Elle propose ainsi la création d’un fonds national de cohésion des territoires, incluant le fonds national d’aménagement du territoire (Fnadt), « doté de 250 millions d’euros de crédits d’État et abondé pour un montant équivalent par un fonds de péréquation sur les territoires riches, ciblé sur les territoires fragiles ».

Qu’est-ce que « l’agenda rural » ?

L’élaboration d’un « agenda rural » – c’est-à-dire d’un plan d’actions en faveur des ruralités ayant vocation à s’inscrire dans la durée – constitue une demande de l’Association des Maires ruraux de France (AMRF), l’Association Nationale Nouvelle Ruralité (ANNR) et l’association internationale Rural Environnement Développement (RED) à laquelle le Président de la République a répondu favorablement.

Le terme « agenda rural » fait écho à la résolution du Parlement européen du 3 octobre dernier à travers laquelle les députés européens avaient appelé à la mise en place d’un « agenda rural européen » qui serait le pendant de « l’agenda urbain de l’Union européenne », déjà existant.

La France, par la voix de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, a été le premier des États-membres de l’UE à soutenir l’élaboration d’un « agenda rural européen ». Jacqueline GOURAULT s’était alors engagée à déployer un « agenda rural » à l’échelle nationale, sans attendre la création de l’agenda rural européen.

Alors que le Président de la République a fait de la réduction des inégalités territoriales et du développement harmonieux et équilibré des territoires l’une des priorités de son action, la mise en place d’un agenda rural permettra d’ancrer dans la durée les actions du Gouvernement en faveur des ruralités.

  • Voir le rapport dans son intégralité : Cliquer

Frederic Coureau

Journaliste - speaker - Modérateur
Influenceur
Consultant stratégie éditoriale, digitale et d'influence / Inbound marketing
https://www.fredericcoureau.com/

Publicité

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives