Le courrier des entreprises

Covid – 19 : quels accompagnements bancaires pour répondre à la crise ?

Qu’en est-il des mesures actives prises en faveur de nos entreprises, 5 semaines après le début du confinement ? Quid des dispositifs mis en œuvre par l’Etat, la région AURA et les banques de notre territoire ? Un état des lieux qui se veut utile et informatif pour ceux qui ne connaissent pas encore suffisamment le périmètre de l’ensemble de ces aides et les modalités de déclanchement. Une mise en lumière au regard des 4 banques régionales que sont la Banque Populaire, la Caisse d’Epargne, le Crédit Agricole ainsi que le Crédit Mutuel.

Prêt Garanti par l’Etat : relai assuré par les banques

Mis en œuvre par l’Etat dès le mercredi 25 mars, le PGE (Prêt Garanti par l’État) est un prêt qu’octroie une banque à une entreprise ou un professionnel, quelle que soit sa taille ou  son statut juridique (PME, agriculteurs, artisans, commerçants, professions libérales, entreprises innovantes, microentreprises, associations..), en dépit de la forte incertitude économique actuelle, grâce à la garantie qu’apporte l’Etat sur une partie très significative du prêt. Le PGE est un prêt d’une banque à une entreprise : ce n’est pas un prêt de l’Etat. Ce prêt de trésorerie à 0%, n’est pas remboursable la première année et pourra représenter jusqu’à 3 mois de chiffre d’affaires. Garanti à 90% pour les entreprise de moins de 5000 salariés réalisant moins d’1,5 milliards d’euros de CA en France et de 70 à 80% pour celles de plus de 5000 salariés avec un chiffre d’affaires de plus d’1,5 Mrd de CA, le prêt peut être souscrit jusqu’au 31 décembre 2020.

Samuel Frugier, Directeur Général Adjoint du Crédit Agricole Centre France se félicite de la mise en place d’un système de délégation renforcé en agence pour parer au mieux à la demande. «  Nous avons réagi dès le lendemain du confinement en mettant en place des pauses de crédits, avec report des mensualités et un allègement des tarifications. Nous en sommes à 13000 dossiers traitées. Quant au Prêt Garanti par l’Etat, il a été accordé à 1200 entreprises de la région. La règle pour le Crédit Agricole étant : pas de refus sans une deuxième lecture ».

Même disponibilité pour la Caisse d’Épargne qui a immédiatement contacté l’ensemble de ses clients par téléphone pour une gestion au cas par cas. « Nous gérons les demandes de PGE de façon totalement dématérialisée, ce qui nous permet d’être très rapides et de verser la somme allouée en 48h sur le compte de l’entreprise. Nous avons à ce jour accordé 100 millions de crédits » précise Pascal Pouyet, membre du directoire de la Caisse d’Épargne d’Auvergne et du Limousin pour qui l’humain reste au cœur du dispositif.

La région AURA à l’œuvre pour une aide concrète

Plusieurs dispositifs ont été mis en place par la Région. Le prêt Artisan et Commerçant est opérationnel pour les ressortissants de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, le BTP, et le transport. Il va l’être pour les ressortissants des CCI. Son montant de 3000 à 20 000 euros représente 20% des autres financements bancaire octroyés et peut être accordé sur 5 ans avec la possibilité d’un an en franchise de capital. Il est distribué par la Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes.

Philippe Bey, directeur de secteur Auvergne pour les entreprises de la Banque Populaire, se réjouit de la continuité de service dont font preuve les banques véritables « blouses bleues » de l’économie. « Le dispositif Sol’AURA qu’a mis en place la Banque Populaire a pour objectif de ne pas laisser seuls nos dirigeants. Avec un diagnostic personnalisé, nous construisons ensembles la solution adaptée. 24000 de nos clients ont bénéficié du report d’échéance. La solidarité opère y compris en matière financière ».

Le prêt Région Auvergne Rhône Alpes, à taux zéro, vient combler le besoin en trésorerie des PME, TPE et associations avec au moins  salarié. Distribué par Bpifrance, il est conditionné au cofinancement bancaire.

Bpifrance est bien partenaire des banques et des régions en garantissant découverts, prêts et en débloquant du cash par un prêt sans garantie de 10 000 à 5 millions d’euros pour les PME.

Etat, Région, Chambres Consulaires et banques : 4 acteurs clés dans la crise

Frédéric Ranchon, Président de la Fédération du Crédit Mutuel du Massif Central en est convaincu, la mobilisation rapide des élus a généré un véritable élan pour servir l’économie. Serge Masseboeuf directeur du développement au Crédit Mutuel Massif Central rappelle que le report des échéances systématique mis en place dès le 20 mars étendu aux crédits bails, mobiliers et immobiliers et aux contrats d’assurance a permis de donner du souffle aux entreprises. « Faciliter l’accès au PGE a permis de débloquer 127 millions d’euros. »

L’effort est collectif, les banques, maillon entre état et entreprises, assurent pleinement leur rôle.

Claude Barbin

Président de la CCI Puy-de-Dôme Clermont Auvergne Métropole

Serge Courriol

Président de la délégation Issoire CCI Puy-de-Dôme Clermont Auvergne Métropole

Philippe Fouet

Président de la délégation Ambert/Thiers CCI Puy-de-Dôme Clermont Auvergne Métropole

 

 

Improviser, s’adapter, dominer !

(Crédit : S.Bullo)

Dans le contexte de la crise du Covid-19, la CCI Puy-de-Dôme Clermont Auvergne Métropole se mobilise depuis plusieurs semaines aux côtés des différents acteurs du territoire, Préfecture, Métropole, Collectivités Territoriales, Chambre d’Agriculture, CPME, Medef, Ordre des Experts Comptables, Banques pour permettre aux entreprises de traverser cette période difficile en préservant la sécurité de leurs salariés.

Nous mettons ainsi tous à profit notre travail en proximité pour identifier les besoins des entreprises, des TPE, PME, commerçants, indépendants, autoentrepreneurs, entreprises en difficulté et ainsi proposer les solutions les plus adéquates. Notre enjeu, c’est avant tout d’être proactifs pour faire en sorte de  sauver nos entreprises, pour que l’activité reprenne et que les emplois soient conservés le plus possible.

Le Gouvernement, la Région, ont mis sur la table et ils ne sont pas les seuls, une palette d’outils pour éviter la faillite de l’économie (reports de charges

sociales, fiscales, des reports d’emprunts, prêts de trésorerie, à courte ou moyenne échéance… ). Bien sûr qui dit report dit remboursement, mais ce sera un deuxième temps.

J’incite les chefs d’entreprise à analyser leurs besoins sur les quatre à six mois en élaborant un business model, j’incite les chefs d’entreprise à se poser la question de savoir de ce qui va manquer en trésorerie à l’entreprise pour qu’elle soit sauvée et comment elle va pouvoir passer le cap. Autant de questions et bien plus encore qui doivent être évoquées en lien étroit avec les Banques  qui doivent être des atouts  majeurs pour la reprise économique.

Il n’y a pas de solution toute faite bien évidemment et chaque cas est différent, mais il faut qu’ensemble, nous essayons de trouver des solutions.

En cette période de crise inédite, nous devons faire preuve de méthode et d’unité. La Région, cheffe de file du développement économique sur l’ensemble du territoire, accomplit son rôle de fédérateur en renfort de l’État, en mettant en place un Plan d’urgence de 600 millions d’euros visant à amortir le choc de cette crise. Cet engagement sans précédent ne peut réussir que si nous jouons collectif ce qui permettra à notre économie de survivre et de rebondir.

Claude Barbin Président CCI Puy-de-Dôme Clermont Auvergne Métropole

Tous les 15 jours, l’actualité de votre CCI dans Le Courrier des Entreprises

mm

Pierre-Edouard Laigo

pierre-edouard.laigo@lecourrierdesentreprises.fr
port. 06 59 056 026

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives