Le courrier des entreprises

Auvergne-Rhône-Alpes : Quelles certitudes dans une économie sous tension ?

D’après l’étude réalisée en décembre 2019 par la banque de france en Auvergne-Rhône-Alpes auprès de 4200 entreprises et établissements de la région, la croissance de l’activité enregistrée en 2019 est restée globalement favorable. pour 2020 les chefs d’entreprise prévoient une progression modérée des niveaux d’activité et des effectifs, avec une reprise de l’investissement dans l’industrie.

D’après l’étude réalisée en décembre 2019 par la banque de france en Auvergne-Rhône-Alpes auprès de 4200 entreprises et établissements de la région, la croissance de l’activité enregistrée en 2019 est restée globalement favorable seul le secteur industriel enregistrant un ralentissement.

De leur côté, les entreprises des services marchands et de la construction ont bénéficié d’un courant d’affaires plus dynamique porté par une demande toujours vigoureuse. L’emploi s’est renforcé mais la problématique du manque de main-d’oeuvre disponible persiste.

Le tassement conjoncturel dans l’industrie rejaillit sur les investissements qui se sont tassés dans plusieurs filières. Pour 2020, les anticipations demeurent bien orientées malgré les incertitudes internationales qui pèsent encore sur l’économie régionale.

Ainsi, les chefs d’entreprise prévoient une progression modérée des niveaux d’activité et des effectifs, avec une reprise de l’investissement dans l’industrie.

L’économie française a pâti en 2019 d’un contexte défavorable au niveau international, sur fond de tensions commerciales croissantes.
Toutefois, l’activité économique nationale s’est montrée plutôt résiliente en affichant une performance meilleure que chez ses voisins, comme l’Allemagne ou l’Italie. Au final, la croissance du PIB en France s’est établie à 1,2% en valeur annuelle (après 1,7% en 2018).

L’année 2019 dans notre région :

L’activité des entreprises industrielles -mesurée par l’évolution des chiffres d’affaires- affiche une progression très modérée en 2019 (+1,1%) à un niveau sensiblement inférieur à 2018 (+3,2%). En effet, les difficultés rencontrées par la filière automobile et ses nombreux sous-traitants présents dans la région (décolletage, caoutchouc…) pèsent fortement sur les niveaux d’activité. A l’inverse, d’autres secteurs emblématiques affichent un réel dynamisme tels la fabrication de produits électriques ou la pharmacie. L’export ralentit également (+1,9% vs +2,7% en 2018) en raison du contexte commercial à l’international et notamment de moindres débouchés outre-Rhin.

L’activité dans les services marchands accélère encore (+4,8% vs +4,4% en 2018). Le secteur hébergement-restauration voit son activité rebondir sensiblement sur un an (+4,6% vs +2,8%) grâce à une saison touristique record. Dans le même temps, la bonne orientation des courants d’affaires se confirme dans l’ingénierie technique (+5,1%) et plus encore dans le conseil informatique (+7,9%). De son côté, la filière transports et entreposage progresse malgré une performance en léger retrait par rapport à l’année passée (+3,6% vs +4,4% en 2018).

L’activité dans le secteur de la construction s’intensifie en 2019 (+5,1% vs +4,0% un an plus tôt). Les secteurs du bâtiment (+4,8%) et des travaux publics (+5,4%) ont bénéficié d’une dynamique de croissance assez soutenue. Dans le détail, le gros oeuvre (+5,7%) a profité de carnets de commandes toujours bien garnis pendant que l’activité dans le second oeuvre s’est maintenue à un niveau satisfaisant avec +4,3%.

Si les rentabilités d’exploitation apparaissent mitigées pour les entreprises industrielles de la région et plutôt favorables pour le secteur des services marchands, celles observées dans le secteur de la construction s’améliorent nettement mais demeurent encore à un niveau jugé trop bas.

Comme attendu, l’emploi -intérimaires inclus- s’est globalement accru, à un rythme plus modéré qu’en 2018, en raison notamment des problématiques de recrutements qui persistent dans de nombreux secteurs. Compte tenu du ralentissement constaté dans l’industrie, les chefs d’entreprise se sont montrés plus prudents en matière d’investissement et ont révisé leurs programmes à la baisse (- 4,4%) pour des dépenses avoisinant toutefois 2,5 milliards d’euros dans notre échantillon.

Et pour 2020 ?

En 2020, la France et la zone euro devraient encore bénéficier d’un soutien substantiel de la politique monétaire avec des conditions de financement toujours très favorables. Toutefois, la croissance française fléchirait de nouveau légèrement à 1,1% avant de se redresser à 1,3% en 2021 et 2022.
Dans le même temps, l’inflation ralentirait à 1,1% en 2020 et le taux de chômage poursuivrait sa décrue, passant de 8,5% en 2019 à 8,0% en 2022.

Les prévisions 2020 dans notre région :

L’activité des entreprises industrielles de la région se redresserait légèrement avec une hausse attendue des chiffres d’affaires (+2,0%) en dépit d’un ralentissement des débouchés à l’export (+1.3%). Si la branche fabrication des autres produits industriels est la plus prometteuse avec +2,8%, les industries agroalimentaires ainsi que les équipements électriques et électroniques maintiendraient une croissance de l’activité autour de +1,9%. La fabrication de matériels de transport resterait en retrait de ces bonnes perspectives avec un tassement significatif de son activité (-2,6%).

Les courants d’affaires attendus dans les services resteraient bien orientés (+4,2%), à un niveau toujours satisfaisant et proche de l’année 2019 (+4,8%). Le secteur des activités informatiques, très dynamique dans la région, continuerait de progresser vivement (+9,4%). L’ingénierie technique (+3,9%), les activités de nettoyage (+2,9%) ou encore de l’hébergement-restauration (+2,8%) enregistreraient une nouvelle hausse, toutefois moins marquée qu’en 2019.

Dans la Construction, une progression plus modérée se dessinerait avec une production en hausse de +2,1%. La croissance de l’activité serait moins forte dans le bâtiment, tant dans le gros oeuvre (+1,9%) que le second oeuvre (+2,0%). Les chefs d’entreprises des travaux publics anticipent un net ralentissement d’activité en 2020, passant de +5,9% à +2,3%.

Dans un contexte où la pénurie de main-d’oeuvre freine souvent la croissance d’activité, les renforts en effectifs envisagés dans les services (+2,7%) ou dans la construction (+1,6%) seraient encore significatifs.

Dans l’industrie, la hausse attendue serait plus modeste (+0,3%) et fonction de l’amélioration effective des courants d’affaires. Après une année 2019 en retrait, les investissements matériels rebondiraient dans l’industrie avec des budgets en hausse de +10% environ. Les rentabilités évolueraient peu dans l’industrie et la construction mais continueraient de s’apprécier dans les services marchands.

Frederic Coureau

Rédacteur en chef
Speaker - Modérateur
Conseil en stratégie éditoriale et d'influence - Inbound marketing
https://www.fredericcoureau.com/

Archives

S’abonner à la lettre d’information quotidienne

Archives